•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 25 % des foyers pour aînés de l'Ontario jugés « à haut risque »

Une fillette et une femme portant des couvre-visages brandissent des pancartes sur lesquelles on peut lire «Help staff, help our loved ones» et «Save my grandpa».

Des familles manifestent devant le centre de soins de longue durée Extendicare Guildwood à Toronto, le 12 juin dernier. 54 résidents y sont morts depuis le début de la pandémie, soit le tiers de tous les résidents du centre.

Photo : Evan Mitsui

Environ 25 % des centres de soins de longue durée de l'Ontario sont jugés « à haut risque » d'une éclosion de COVID-19, selon un document ministériel soumis à la Commission d'enquête sur les soins de longue durée.

La cheffe de l'opposition officielle, Andrea Horwath, a brandi le document en chambre lors de la période de questions, accusant le gouvernement Ford d'inaction face à la menace qui plane, selon elle, sur le système de soins de longue durée en raison de la deuxième vague.

Le document (disponible en anglais (Nouvelle fenêtre) seulement sur le site de la Commission) indique qu'un centre de soins de longue durée est considéré comme étant à haut risque s'il se trouve dans une communauté comptant plus de 10 cas par 100 000 habitants.

Andrea Horwath a encore une fois exhorté le gouvernement Ford à publier la liste de foyers jugés à risque et à embaucher davantage de préposés aux bénéficiaires.

La ministre Merrilee Fullerton a répondu que cette liste change constamment à mesure que la situation évolue.

La députée libérale d'Ottawa-Vanier est ensuite revenue à la charge au sujet du mandat de la Commission d'enquête. Plus tôt ce mois-ci, Lucille Collard a organisé un Forum sur les soins de longue durée avec des experts qui préparent un rapport sur les manières dont les foyers pour aînés auraient pu être mieux préparés pour faire face à une pandémie.

Il n'existe aucun mécanisme pour permettre à ces experts de partager leurs recommandations avec la Commission, a lancé la députée en chambre.

La ministre Fullerton a répondu que les commissaires sont indépendants, et que le ministère n'influence pas leurs décisions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !