•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Dre Bonnie Henry affirme avoir reçu des menaces de mort

La Dre Henry explique que son personnel a aussi été harcelé.

La docteure Bonnie Henry.

La Dre Bonnie Henry a révélé, mardi, lors d'une discussion au congrès de l'Union des municipalités de la Colombie-Britannique, avoir été visée par des menaces de mort.

Photo : Union of BC Municipalities

Radio-Canada

La médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique, Bonnie Henry, affirme avoir reçu des menaces de mort depuis qu’elle est devenue la principale figure publique de la lutte contre la pandémie de COVID-19 dans la province.

Lors d’un événement tenu mardi dans le cadre du congrès de l’Union des municipalités de la Colombie-Britannique (UBCM), à Victoria, la Dre Henry a révélé que des gardes de sécurité ont dû intervenir à son domicile.

En plus d’avoir été l’objet de menaces de mort, elle explique avoir reçu des lettres parfois violentes et que son personnel a souvent été harcelé au téléphone.

Selon elle, cela pourrait avoir à faire avec le fait qu’elle est une femme qui occupe une position de pouvoir.

Je pourrais avoir tort, ajoute la Dre Henry.

À son avis, il est important de parler de ces choses et de les dénoncer.

Être le visage de la lutte contre la pandémie a été très positif de plusieurs façons, mais aussi très négatif, a-t-elle déclaré.

Le panel auquel elle participait, en compagnie de la lieutenante-gouverneure de la Colombie-Britannique, Janet Austin, et de l’ex-chef de la Première Nation de Tsawassen, Kim Baird, portait sur le leadership en temps de pandémie.

Avec des informations de la Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !