•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un congrès teinté par les élections provinciales pour les municipalités

Affiche d'inscription au congrès de 2018 dans un hall d'hôtel avec la table d'accueil pour les congressistes et une personne en train de s'inscrire.

Le congrès de l'Union des municipalités de la Colombie-Britannique se poursuit en ligne jusqu'à jeudi.

Photo : CBC/JUSTIN MCELROY

Le congrès annuel de l'Union des municipalités de la Colombie-Britannique (UBCM) a été lancé mardi sur fond d’élections provinciales. Il a été question de l’avenir du transport en commun dans la province, mais aussi de la relation des municipalités avec un gouvernement provincial majoritaire, si tel est le résultat des élections au lendemain du 24 octobre.

Durant un débat sur l'accès des municipalités à un gouvernement majoritaire, une panéliste a évoqué qu'un gouvernement minoritaire peut se montrer plus à l'écoute. Une autre panéliste a soulevé que cela dépend des députés qui composent le gouvernement.

Le maire de New Westminster, Jonathan Coté, croit que c'est une question de volonté de travailler avec les municipalités, plutôt que du nombre de sièges à l’Assemblée législative. Qu’importe le type de relation qu’entretient le gouvernement à cause de sa minorité, ça a plus à voir avec l’état d’esprit [de collaboration] du gouvernement, commente-t-il.

Son homologue à Victoria, Lisa Helps, est d’avis similaire.

Pour moi, la relation est beaucoup plus importante que si c’est un gouvernement minoritaire ou majoritaire.

Lisa Helps, mairesse de Victoria

Je pense que la stabilité est vraiment importante, surtout pour les projets d’infrastructures majeurs [...] Cette majorité devient utile, indique-t-elle.

Je pense que la stabilité au gouvernement provincial est importante. Je pense que le précédent gouvernement minoritaire a démontré de la stabilité. Cela dit, une majorité garantit certainement plus de stabilité, ajoute le maire Coté.

Il juge toutefois qu’un gouvernement majoritaire qui reste longtemps au pouvoir peut parfois devenir déconnecté des enjeux qui touchent les élus municipaux et les Britanno-Colombiens.

La mairesse de Squamish, Karen Elliott, estime pour sa part que les gouvernements majoritaires ont tendance à moins consulter parce qu'ils ont une idée établie des changements qu’ils veulent apporter.

Dans le cas du gouvernement minoritaire de John Horgan, la mairesse de Squamish constate cependant que la ministre sortante des Affaires municipales Selina Robinson s’est montrée très consultative. Cette dernière a été conseillère municipale à Coquitlam, ce qui représente un atout, indique Karen Elliott. Son approche a été de consulter davantage avec les municipalités. [Qu’elle ait été élue municipale] fait certainement une différence dans son travail au palier provincial, juge la mairesse.

Les chefs des partis provinciaux auront l'occasion de s’adresser aux élus municipaux durant une allocution mercredi et jeudi.

Le congrès est tenu en ligne cette année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !