•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un policier condamné à 12 mois de prison à la suite de la mort d’une femme autochtone

Debralee Chrisjohn

Debralee Chrisjohn est morte alors qu'elle était en détention à London en 2016.

Photo : Photo fournie

Radio-Canada

Un policier de London, en Ontario, a été condamné lundi à une peine de 12 mois d’emprisonnement, à la suite de la mort de Debralee Chrisjohn. En novembre dernier, Nicholas Doering avait été reconnu coupable de négligence criminelle ayant causé la mort de la femme autochtone, ainsi que de ne pas avoir fourni les choses nécessaires à l’existence.

Debralee Chrisjohn était membre de la Première Nation Oneida de la Thames, située au sud-ouest de London. La femme de 39 ans est morte le 7 septembre 2016 alors qu'elle était en détention après avoir consommé de la méthamphétamine.

Elle avait été interpellée après que des policiers eurent été appelés à se rendre à une intersection achalandée de l’est de London parce qu’une femme y bloquait la circulation.

L’agent Doering devait s’occuper du transfert de Debralee Chrisjohn vers le poste de police. Mais l'état de cette dernière s’est aggravé durant le trajet, ce que l’agent Doering a attribué à la consommation de drogue.

Le policier a menti à ses collègues à qui il a indiqué que Debralee Chrisjohn était dans un état stable et avait été examinée par des ambulanciers.

La London Police Association, le syndicat des policiers municipaux de London, a présenté ses condoléances à la famille de Mme Chrisjohn, à la suite de la condamnation.

Le syndicat s'inquiète toutefois du fait que le jugement puisse créer un précédent.

On s’attend à ce que les policiers fassent le diagnostic de situations médicales complexes sur le bord des routes en dépit d’une formation et d’un équipement inadéquats. Les policiers ne sont pas des experts en santé.

Dave Gilmore, président de la London Police Association

L’association pense que ce jugement augmentera la pression sur les corps policiers, qui sont déjà au maximum de leurs ressources.

Perry Bellegarde, chef de l'Assemblée des Premières Nations, lors d'une conférence de presse.

Perry Bellegarde, chef national de l'Assemblée des Premières Nations

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Du côté de l’Assemblée des Premières Nations, on salue le verdict.

J’espère que les paroles de la juge Pomerance seront entendues par les responsables des forces de l’ordre à travers le pays et serviront de catalyseur pour un changement positif.

Perry Bellegarde, chef national de l'Assemblée des Premières Nations

L’agent Nicholas Doering a annoncé qu’il allait faire appel de la peine imposée.

Bien qu’incarcéré, le policier continuera à recevoir son salaire.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !