•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : enfants, rhume et école, ce qu’il faut savoir au Québec

« Si mon fils est positif et qu'il est allé à l'école depuis le début de la semaine, ses amis de classe vont être obligés d'être chez eux pendant 14 jours. »

Des enfants attendent de rencontrer leur professeur.

Des enfants à leur retour à l'école.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Danielle Beaudoin

Votre enfant a le nez qui coule? Faut-il le garder à la maison? Combien de temps? Quand faut-il le faire dépister? À quel moment peut-il retourner à l’école? On fait le point avec la Dre Caroline Quach, épidémiologiste à l’Hôpital Sainte-Justine de Montréal, sur les règles au Québec.

Quand notre enfant a le nez qui coule, que faut-il faire?

Ça s'applique à tous les enfants en bas de 18 ans. On se lève le matin, le nez de notre enfant coule, comme s’il avait un rhume. On le garde à la maison 24 heures, et on observe pour voir s'il n'y a pas d'autres symptômes qui vont s'ajouter à ce nez qui coule.

Si le lendemain matin, il y a toujours juste un nez qui coule, on le renvoie à l'école.

Quand faire tester son enfant?

Si l’enfant présente au moins deux des symptômes suivants, vous devez le garder à la maison et le faire tester pour la COVID-19 :

  • Maux de ventre
  • Vomissements
  • Diarrhée
  • Mal de gorge
  • Nez qui coule ou congestion
  • Grande fatigue
  • Perte d’appétit importante
  • Douleurs musculaires généralisées

Si votre enfant a développé un des symptômes suivants, il doit rester à la maison, et vous devez le faire tester :

  • Fièvre ((température buccale de 38,1 °C et plus)
  • Perte du goût ou de l’odorat
  • Toux (nouvelle ou aggravée), essoufflement ou difficulté à respirer

Si vous avez des doutes quant à la pertinence de faire tester ou non votre enfant, vous pouvez utiliser l'outil d'auto-évaluation (Nouvelle fenêtre) du gouvernement du Québec.

Vous pouvez aussi téléphoner au 1 877 644-4545 et suivre les consignes de santé publique qui vous seront transmises.

Pour en savoir plus : Questions et réponses sur la rentrée scolaire 2020  (Nouvelle fenêtre)- site du gouvernement du Québec

Si le test pour la COVID-19 est négatif et que l’enfant ne fait pas de fièvre sans Tylenol et sans Advil, on le renvoie à l’école.

À quel moment les autres membres de la famille doivent-ils s’isoler?

Lorsque l’enfant est déclaré positif. Les membres de la famille doivent alors s’isoler à domicile pour 14 jours et passer un test de dépistage.

Avant cela, ce n’est pas nécessaire. Disons qu'aujourd'hui mon enfant a le nez qui coule, tout le reste de la famille vaque à ses occupations. Demain, il a le nez qui coule et de la fièvre, je vais le faire tester. Les autres qui n'ont pas de symptômes continuent à aller à l'école et à faire comme si de rien n'était, jusqu'à ce qu’on ait le résultat du test.

Le moindrement qu'un autre dans la famille a des symptômes, alors il doit lui aussi être gardé à la maison. C'est le même principe pour chaque personne.

Si quelqu'un est déclaré positif aujourd'hui avec son nez qui coule, ça fait juste deux jours au maximum qu'il est contagieux. Et d’ici à ce qu'on ait un résultat du test pour cet enfant dans les deux prochains jours, les autres ne sont pas encore contagieux. C'est pour ça qu'on les envoie quand même à l'école.

Si votre enfant a la COVID-19, combien de temps doit-il rester à la maison avant de reprendre les classes?

Il doit rester en isolement pendant au moins 10 jours* à partir du début de la maladie. Il doit aussi ne plus avoir de symptômes aigus depuis 24 heures (excluant la toux et la perte de goût ou d’odorat, qui peuvent persister plus longtemps), et il ne doit plus faire de fièvre depuis 48 heures (sans avoir pris de médicament contre la fièvre).

*Rectification du 24 septembre : Une fois qu'il est déclaré positif, l'enfant doit rester en isolement pendant 10 jours, et non pas 14 jours, comme c'était indiqué dans l'article au moment de sa publication.

Que pensez-vous de ces consignes du gouvernement sur la COVID-19 et l’école?

Il n'y a pas de réponse parfaite. C'est une gestion de risques. On ne peut pas demander aux parents de garder les enfants à la maison à chaque fois qu'ils pètent de travers, parce que tout le monde va virer fou. Déjà aujourd'hui, les parents sont en train de virer fous. Parce qu'ils sont tout le temps en train de manquer le travail, parce que la garderie les refuse.

Je pense que là où on a de la difficulté à se faire comprendre, c'est au niveau des écoles et des garderies, qui ont tendance à ne pas reprendre l'enfant, même quand il y a juste un nez qui coule ou qu'il y a une petite toux et que le test est négatif. Je pense que ça vaut la peine de clarifier cela.

Ces institutions devraient donc respecter les consignes du gouvernement?

Absolument. Quand le parent arrive à la garderie et se fait revirer de bord, il n'a pas grand recours.

Avez-vous quelque chose d'important à dire aux parents?

Il faut que les parents réalisent que ce n'est pas une année normale, que oui on est plus prudents que d'habitude. Mais on essaie toujours de gérer le risque pour permettre aux enfants d'aller à l'école à peu près normalement et permettre aux parents d'aller travailler à peu près normalement.

On ne peut pas non plus tout prendre à la légère et ne pas faire de quarantaine s'il y a un cas dans la classe. Parce que j'ai des collègues qui m'ont dit : Es-tu sûre que tu as encore besoin de retirer les enfants de la classe quand il y a un cas positif? Pour l'instant, c'est oui, on les retire. On ne va pas faire exprès que ça se transmette dans la classe, puis qu'on parte une éclosion dans une école.

Donc, en ce moment, lorsqu’un enfant est déclaré positif, toute la classe est en quarantaine?

Si mon fils est positif et qu'il est allé à l'école depuis le début de la semaine, ses amis de classe vont être obligés d'être chez eux pendant 14 jours. Ça, ces 14 jours-là, ça fait vraiment suer les parents, et je le comprends. Mais pour l'instant, on est obligés de les retirer, parce qu'on ne veut pas que ça se transmette en classe. Mais par la suite, peut-être qu'on aura davantage de données et qu'on ne sera plus obligés de les retirer. Mais en date d'aujourd'hui, on les retire, même si la transmission scolaire est relativement faible.

Ne suffirait-il pas de passer le test de dépistage au reste du groupe-classe?

L'idéal, c'est d'avoir un test quatre à cinq jours après le dernier contact. Mais ce ne sont pas tous les parents qui vont faire tester les enfants. Et il y a des parents qui vont les faire tester trop tôt. Aussitôt qu'ils savent qu'il y a un cas dans la classe, ils y vont tout de suite. Ça, ça ne nous aide pas du tout. Parce qu'à 24 heures, il est trop tôt. Et donc pour l'instant, il n'y a pas de mécanique pour assurer que les 30 enfants dans la classe sont testés à cinq jours et qu'ils sont négatifs.

Sources : entrevue réalisée avec la Dre Caroline Quach, épidémiologiste à l'Hôpital Sainte-Justine de Montréal, et site sur la COVID-19 du gouvernement du Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !