•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Négociations et pressions syndicales à la caisse Desjardins de Baie-Comeau

Logo Caisse populaire Desjardins

Une vingtaine d'employés cherchent à négocier une nouvelle convention collective.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Alors qu’ils négocient une nouvelle convention collective avec leur employeur, les employés de la caisse populaire Desjardins de Baie-Comeau intensifient leurs moyens de pression.

Le syndicat a notamment remis des tracts à la population locale et des autocollants ont été posés dans les fenêtres de la succursale.

Le contrat de travail des employés de la caisse populaire de Baie-Comeau est échu depuis décembre 2017.

Deux journées de négociations sont prévues mardi et mercredi de cette semaine entre Desjardins et la CSN, qui représente les quelque 20 syndiqués.

Les points de discorde entre les deux parties concernent autant le salaire que les conditions de travail.

Le syndicat déplore ce qu’il qualifie de reculs dans les demandes de l’employeur pour la nouvelle convention collective.

Des reculs, je vous dirais, au niveau de l’ancienneté pour l’attribution des postes, indique Guillaume Tremblay, président du conseil central de la Côte-Nord pour la CSN.

Quand il y a des départs à la retraite, ces gens-là ne sont pas remplacés. Alors on met une pression supplémentaire sur ceux qui restent, poursuit le syndicaliste.

Guillaume Tremblay, président du Conseil central de la Côte-Nord de la CSN, en entrevue

Guillaume Tremblay, président du Conseil central de la Côte-Nord de la CSN

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

M. Tremblay avance aussi qu’alors que la convention collective est échue et les salaires stagnent, le coût de la vie, lui, continue d’augmenter.

Il fait également part de ses craintes par rapport à la généralisation du télétravail en raison de la pandémie.

On craint qu’il y ait une centralisation des activités et qu’on risque encore de perdre des postes et des emplois, a expliqué M. Tremblay, en entrevue à l’émission Bonjour la Côte.

De son côté, Desjardins nous a indiqué qu’il n’était pas possible de discuter avec un représentant de la caisse de Baie-Comeau en raison des négociations actuelles.

L’organisation nous indique toutefois que son comité de négociation a un mandat qui reflète bien la réalité actuelle et qui tient compte du contexte économique, de la concurrence, ainsi que des besoins des membres.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !