•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Non, cette image ne prouve pas que des tests de COVID-19 circulaient en 2018

Il s'agit simplement d'un mauvais libellé sur un tableau.

Il s'agit d'un tableau montrant des importations d'équipement médical.

La capture d'écran est vraie, mais l'interprétation qu'on en fait est fausse.

Photo :  Capture d’écran - Facebook

Contrairement à ce que semble indiquer une capture d'écran d'un tableau de la Banque mondiale, des tests de dépistage de la COVID-19 n'étaient pas importés en 2018. Il s'agit plutôt d'instruments jugés essentiels pour la lutte contre la pandémie, mais qui existaient avant celle-ci.

En 2018, tous les pays du monde achetaient déjà des kits de test pour le Covid 19 [sic]! Peut-on lire dans une image qui circule abondamment sur les réseaux sociaux, que plusieurs lecteurs ont envoyée aux Décrypteurs.

L'image, une capture d'écran d'un site affilié à la Banque mondiale, semble en effet montrer que certains pays achetaient de l'équipement de dépistage de la COVID-19 en 2018, soit bien avant que la pandémie n'explose, à la fin 2019.

Instrument et appareils de diagnostic et de dépistage de la COVID-19, importations par pays en 2018, est-il écrit dans l'image. On apprend que les plus gros importateurs de ces équipements en 2018 étaient la Chine, les États-Unis et l'Union européenne.

L'image en a fait bondir plusieurs, qui y voient une preuve que la pandémie a été planifiée. Or, la réalité est d'autant plus banale.

La page web en question existe vraiment, et la capture d'écran est exacte (Nouvelle fenêtre). Par contre, le site web a été mis à jour depuis que ces images circulent.

Les données présentées ici traquent des instruments médicaux qui existaient déjà et qui sont maintenant classés par l'Organisation mondiale des douanes (OMD) comme étant critiques à la lutte à la COVID-19, est-il écrit à l'heure actuelle (Nouvelle fenêtre). On ajoute qu'il s'agit d'instruments utilisés dans des laboratoires cliniques pour le diagnostique in vitro, ainsi que d'autres dispositifs du genre.

C'est qu'en avril 2020, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'OMD ont mis sur pied une liste d'instruments critiques pour la lutte contre la COVID-19 (Nouvelle fenêtre), dans le but de faciliter leur importation et exportation pour faire face à la crise. Le tableau de la Banque mondiale montre simplement des statistiques rétroactives des importations des instruments dans cette catégorie nouvellement créée.

En fait, il est assez simple de prouver que ce tableau n'existait pas en 2018. Lorsqu'on utilise le site web Internet Archive, qui archive automatiquement la majorité des sites web, on voit que le tableau n'existait pas avant le 4 septembre 2020 (Nouvelle fenêtre).

En résumé : l'OMS et l'OMD ont créé une catégorie d'instruments essentiels pour la gestion de la pandémie, et la Banque mondiale a créé un tableau pour montrer l'évolution des importations de ceux-ci depuis 2018. Ce faisant, la Banque mondiale a créé une confusion, en semblant indiquer que des tests pour la COVID-19 circulaient en 2018, ce qui est faux. Il s'agit simplement d'un mauvais libellé sur un tableau, qui a été corrigé depuis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !