•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le drapeau franco-ontarien, emblème officiel, qu’est-ce que ça change?

Le drapeau franco-ontarien.

Le drapeau franco-ontarien, maintenant un symbole officiel de l'Ontario.

Photo : Radio-Canada / Vedran Lesic

Maintenant que le drapeau franco-ontarien est désigné comme un des symboles officiels de l’Ontario, certains estiment que cela pourrait lui donner plus de visibilité et de respect, mais jugent que la portée de ce geste est limitée.

Le drapeau franco-ontarien, qui a flotté pour la première fois à Sudbury le 25 septembre 1975, est devenu un emblème officiel à la suite d’un vote unanime à Queen’s Park.

Ce statut renforce avant tout la portée symbolique du drapeau, estime l’historien consultant Serge Dupuis.

Ça lui donne une légitimité nouvelle, pour potentiellement accroître sa visibilité, sur les édifices gouvernementaux, par exemple, ou lors de fonctions officielles.

On pourrait voir apparaître plus de drapeaux franco-ontariens à divers endroits dans la province.

Serge Dupuis, historien

Ça pourrait être intéressant de le voir côte à côte avec le drapeau ontarien et le drapeau du Canada [pendant les points de presse de Doug Ford], ajoute M. Dupuis.

Joanne Gervais, directrice générale de l’ACFO du Grand Sudbury, espère que le drapeau deviendra réellement plus visible, aux côtés du drapeau de l’Ontario, y compris devant Queen’s Park.

En ce moment, les drapeaux du Canada et de l’Ontario sont hissés aux mâts principaux de l’Assemblée législative de l’Ontario.

Mme Gervais est la sœur de Gaétan Gervais, l’un des créateurs du drapeau. Elle avait été informée il y a un certain temps que le projet de loi, adopté cette semaine, était en préparation.

Une femme portant un chandail gris parle à un micro.

Joanne Gervais est la directrice de l'ACFO du Grand Sudbury, le distributeur officiel du drapeau franco-ontarien.

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Elle ne voit pas tellement de changement à l’horizon pour le drapeau, car la communauté francophone l'a déjà adopté, et il a une bonne visibilité.

Elle ne croit pas non plus que cela aura un impact important sur les ventes de drapeaux.

Je ne crois pas que les écoles anglophones vont commencer à faire flotter le drapeau franco-ontarien. Ce n’est pas un geste qui va changer la vie des Franco-Ontariens au quotidien.

Joanne Gervais, directrice générale de l’ACFO du Grand Sudbury

Elle espère tout de même que le drapeau sera davantage accepté par la communauté majoritaire.

À ceux qui le critiquent, elle rappelle que le trille, l'emblème floral de l'Ontario, est présent sur le drapeau franco-ontarien : Ça montre notre fierté d’appartenir à l’Ontario.

Ce n’est pas un aussi grand pas [pour la reconnaissance des droits de francophones] que pourrait l’être une désignation de bilinguisme officielle au niveau de la province, ou la modernisation de la Loi sur les services en français , ajoute l’historien Serge Dupuis.

Respect et dignité du drapeau

Joanne Gervais raconte qu’elle communique à l’occasion avec des personnes ou des organisations pour leur rappeler l’importance de respecter la dignité du drapeau et de ne pas le faire flotter s’il est endommagé.

Elle ose espérer que la désignation officielle du drapeau franco-ontarien contribuera à faire en sorte que les drapeaux soient remplacés lorsqu'ils sont usés ou endommagés, même si elle n’est pas convaincue que cela fera une grande différence.

Elle note que d’autres drapeaux sont négligés, et que ce n’est pas nécessairement par mauvaise volonté : On est occupé et on remet ça à plus tard.

Des drapeaux canadien et américain endommagés flottent à Morrisburg.

Des drapeaux canadien et américain endommagés flottant dans la municipalité riveraine de Morrisburg, en Ontario. (archives)

Photo : Radio-Canada / Marc Godbout

À quelques jours du Jour des Franco-Ontariens, un des Monuments de la francophonie de Sudbury, constitué d'un immense drapeau franco-ontarien, s'est détaché du mât devant l’École secondaire du Sacré-Cœur et s’est retrouvé accroché à un lampadaire.

Le porte-parole du Conseil scolaire catholique Nouvelon, Paul de la Riva, explique que l'incident a été causé par les grands vents qui ont balayé la région récemment.

M. de la Riva souligne que les immenses drapeaux, comme celui situé devant l’école Sacré-Cœur, nécessitent un entretien particulier et peuvent être plus touchés par les intempéries que les drapeaux réguliers.

Un drapeau franco-ontarien endommagé par le vent.

Le drapeau franco-ontarien devant l'école du Sacré-Coeur s'est retrouvé malencontreusement accroché à un lampadaire après de forts vents.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Projean

La directrice de l’école, Suzanne Lapointe, indique que des démarches ont été entreprises pour régler le problème. Bien que le tout semble une tâche évidente à première vue, le travail nécessite un équipement spécialisé et doit se faire de façon sécuritaire.

La situation a finalement été corrigée mardi.

Nous serons bel et bien en mesure de célébrer la journée des Franco-Ontariens et Franco-Ontariennes, conclut Mme Lapointe.

Étiquette et protocole

Selon le site du gouvernement du Canada, l’étiquette relative au déploiement des drapeaux au Canada n’est pas régie par une loi, mais plutôt par les coutumes que le gouvernement fédéral respecte depuis de nombreuses années.

Ces règles ne sont pas obligatoires, sauf lorsqu'il s'agit d'institutions fédérales, mais elles font office de lignes directrices pour le déploiement des drapeaux par les organismes, les municipalités ou les individus.

Plusieurs de ces règles concernent la dignité des drapeaux.

Par exemple, le drapeau canadien ne devrait pas flotter s'il est décoloré ou en lambeaux.

Les drapeaux usés doivent être détruits dignement, en fonction de leurs matériaux.

S’il est composé de fibres naturelles, un drapeau doit être brûlé en privé et sans cérémonie.

S'il est en fibre synthétique, il doit être découpé de façon à ce qu'on ne puisse pas reconnaître qu’il s’agit d’un drapeau, avant d’être placé dans un sac puis jeté.

Il y a également des règles quant à l’ordre dans lequel les drapeaux doivent être placés.

Ordre de préséance des drapeaux

  1. Le drapeau national du Canada
  2. Les drapeaux des autres pays souverains, selon l’ordre alphabétique (s’il y a lieu)
  3. Les drapeaux des provinces du Canada (selon la date d’entrée dans la Confédération)
  4. Les drapeaux des territoires du Canada (selon la date d’entrée dans la Confédération)
  5. Les drapeaux des municipalités/villes
  6. Les bannières des organisations
  7. Les drapeaux historiques

Source: Patrimoine Canadien

Par exemple, selon le Bureau du protocole et des affaires intergouvernementales de la Ville d’Ottawa, où le drapeau franco-ontarien flotte en permanence, celui-ci est placé après ceux du Canada, de l’Ontario, de la Ville, du Conseil de la nation algonquine Anishinabeg et celui de la Première Nation algonquine de Pikwakanagan.

Avec les informations de Bienvenu Senga

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !