•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un cas de COVID-19 au Collège Louis-Riel

Le risque d'infection est faible et les élèves devraient poursuivre leur scolarité à l'école, dit la DSFM.

Une école en brique rouge.

Le Collège Louis-Riel dans le quartier de Saint-Boniface, à Winnipeg

Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

Un cas de COVID-19 a été confirmé au Collège Louis-Riel (CLR), une école secondaire de la Division scolaire franco-manitobaine, à Winnipeg. L'école a transmis l’information aux parents par courriel mardi matin.

Selon la lettre, les autorités de la santé publique ont informé le Collège Louis-Riel qu’une personne atteinte de la COVID-19 a été présente à l'école le lundi 14 septembre.

L’équipe du Collège Louis-Riel travaille de près avec les autorités de Santé publique Manitoba et suit les recommandations transmises. À la suite de cette communication reçue, l’équipe scolaire a immédiatement fermé tous les endroits fréquentés par la personne infectée et a cessé l’utilisation de ces espaces identifiés en attente d’un nettoyage et d’une désinfection complète , dit la lettre.

La DSFM informée lundi après-midi

Lors d’une entrevue avec Radio-Canada, le directeur général de la DSFM, Alain Laberge, a déclaré que la division avait été informée de ce cas de COVID-19 [lundi] en fin d’après-midi.

L’infection n’a pas eu lieu à l’école, a-t-il ajouté. Pour sa part, le CLR précise dans sa lettre que les autorités considèrent que le risque d'exposition au virus est faible.

Les enquêtes par les autorités de Santé publique pour identifier les individus qui auraient possiblement été exposés débutent dans un délai de 24 heures à la suite d’un test positif confirmé en laboratoire. Tout individu identifié comme étant un contact proche sera contacté et recevra des directives concernant l’isolement (quarantaine). Un test de dépistage pourra ainsi être recommandé, précise l'École à l'intention des parents.

Le directeur général n’a cependant pas été en mesure de dire quand la personne infectée s'est trouvée pour la dernière fois dans l’établissement.

Les parents d’enfants définis comme ayant été exposés à la COVID-19 seront contactés par la santé publique.

Dans le cas des élèves qui n’ont pas été exposés au virus, le CLR demande aux parents de les isoler s'ils développent des symptômes de la COVID-19, même légers.

Pas de fermeture prévue de l’école

Alain Laberge a affirmé que le personnel a fait immédiatement ce qui était nécessaire pour désinfecter quand le cas a été signalé.

On utilise un vaporisateur pour nettoyer de grands espaces avec un produit biologique, a-t-il précisé.

Je tiens à rappeler tout de même que les écoles et salles de classe sont désinfectées tous les jours, pas seulement quand il y a un cas de COVID-19, a-t-il ajouté.

Par ailleurs, la DSFM n’envisage pas la fermeture de l’école. Ce n’est pas du ressort d’une division de fermer une salle de classe, d'isoler un groupe d’élèves ou de fermer une école. Pour ce faire, il faudrait que la santé publique nous l’indique, a expliqué Alain Laberge.

Par conséquent, il n’y a pas de changements concernant l’offre de cours , qui continuent à être donnés comme d’habitude.

Il est attendu que votre élève poursuive sa scolarité à l’école

La DSFM a envoyé une deuxième lettre aux parents mardi après-midi. Elle indique : Nous tenions à vous rappeler que si vous désirez [retirer] votre enfant du Collège Louis-Riel, l’établissement n’est pas tenu d’élaborer une programmation pendant son absence.

Sauf avis contraire des autorités de Santé publique du Manitoba, il est attendu que votre enfant poursuive sa scolarité à l’école. Il est donc de votre responsabilité de vous tenir à jour concernant l’apprentissage à rattraper en cas d’absence, poursuit-elle, avant de réitérer que la présence du cas à l’école présente un faible risque d’infection.

En réponse à des questions de Radio-Canada, la DSFM n’a pas précisé si cette deuxième lettre a été envoyée en réaction à des parents qui retiraient leurs élèves de l’école ou qui exprimaient leur désir de le faire. Un porte-parole indique qu’il s’agit simplement d’un complément d’information.

Des parents satisfaits de la réaction de l’école

David Bérubé est le père de trois élèves du CLR. Il est très content de la réaction de l’école et de la DSFM face à ce cas de COVID-19. L’école fait super bien, lance-t-il, en notant qu’elle avait clairement communiqué ses protocoles sanitaires aux parents au début de l’année.

De plus, il croit que le fait qu’il n’y ait qu’un seul cas décelé au CLR est de bon augure. Le sentiment est bon [...] la date [de l’exposition potentielle] était du 14 septembre, on est le 22, il n’y a pas eu d’autre cas, il n’y a pas eu de cas de contamination croisée, ajoute-t-il.

La période de huit jours entre la date d’une potentielle exposition au virus et la date à laquelle les parents en ont été informés est préoccupante pour certains d’entre eux, dont Rémi Gosselin, père d’une élève.

Il s’interroge sur les raisons qui auraient pu mener à ce décalage. Est-ce qu’ils le savaient, mais n’ont pas jugé bon de le dire aux parents, questionne-t-il.

La DSFM a justement envoyé une troisième lettre aux parents mardi afin de souligner que la division scolaire a seulement été informée du cas de COVID-19 en soirée le 21 septembre. Les parents ont été informés du cas le lendemain.

Outre cette préoccupation, Rémi Gosselin est satisfait des mesures sanitaires à l’école de son enfant. Je n’ai pas d’énormes inquiétudes par rapport au risque de contracter le virus à l’école. Je crois que les autorités et les responsables de l’école ont pris toutes les mesures nécessaires pour protéger les élèves et le personnel, affirme-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !