•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Donald Lautrec : le talent des deux côtés du projecteur

Visage de Donald Lautrec.

Donald Lautrec, animateur du « Donald Lautrec Chaud » le 26 septembre 1969.

Photo : Radio-Canada / Francis J Menten

Radio-Canada

Donald Lautrec s’est fait tour à tour acrobate, chanteur de charme, animateur et producteur télé. Des années 1960 aux années 1980, il a su laisser sa marque dans l’univers du show-business québécois. Incursion en archives dans ses chansons aux rythmes yéyé et ses concepts d’émissions hauts en couleur.

Donald Lautrec, de son vrai nom Donald Bourgeois, commence sa carrière artistique au sein du duo d’acrobates Don and Lee. Il raconte son cheminement professionnel au journaliste Luc Pierre dans cet extrait de Jeunesse oblige du 16 janvier 1964.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Jeunesse oblige, 16 janvier 1964

Le chanteur parle du temps où il était acrobate, de cette dure vie de saltimbanque où il lui arrivait parfois de sauter des repas.

Alors âgé de 24 ans, il y va de quelques bonds et pirouettes sur le trampoline avant de continuer à répondre aux questions du journaliste.

Avant de monter sur scène, Donald Lautrec a d’abord été éclairagiste et même garde du corps de Michel Louvain. C’est l’imprésario de ce dernier, Yvan Dufresne, qui lancera la carrière de chanteur de Donald Lautrec.

L’entrevue se poursuit même sous la douche et pendant le dîner. Il explique ce que signifie pour lui être chanteur de charme.

Un chanteur de charme, c’est un gars en général qui a un physique, qui sait s’en servir, mais faut jamais en faire trop d’abus.

Donald Lautrec, 1964

Au milieu des années 1960, Donald Lautrec séduit par ses chansons aux rythmes joyeux. C’est l’époque yéyé. Ses succès Le loop de loops (1963), Manon vient danser le ska (1964), Tu dis des bêtises (1965) et Loin dans ma campagne (1966) le propulsent au rang des chanteurs les plus populaires.

En 1967, il devient la voix de l’Expo. Avec la chanson Un jour, un jour écrite par Stéphane Venne, il invitera le monde entier à l’Exposition universelle située à Terre des hommes.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Jeunesse oblige, 1967

Le vidéoclip de la chanson est présenté à Jeunesse oblige la même année. Revêtu d’un bel habit de pilote, l'interprète circule dans l’aéroport de Montréal en chantant. Le gentleman y va également de quelques couplets de la version anglaise de la chanson : Hey Friend, Say friend.

Au début des années 1970, Donald Lautrec devient l’animateur du Donald Lautrec Chaud (1969-1971), un concept éclaté et une vitrine pour les artistes de l’heure.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Donald Lautrec Chaud, 2 juillet 1970

On peut voir ici l’ouverture de l’émission. Il s'agit d'une véritable explosion festive avec danseuses à gogo aux robes clinquantes, décors psychédéliques et jeunes filles en délire. L'animateur pousse à fond la chanson thème Alléluia (Les fleurs du Soleil).

Le Donald Lautrec Chaud était un concept innovateur qualifié de « nucléaire » et de « cosmophonique » par le guide horaire d’Ici Radio-Canada de l’époque.

L’émission Verso du 25 février 1971 visite les coulisses de l'émission.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Verso, 25 février 1971 (remontage)

On a une scène, on a un public et on a un artiste qui chante en "lip-sync" sur un disque. Mais nos prises de vues, c’est ce qui donne un côté nouveau. Au point de vue de l’image, il y a de la recherche, il y a du travail. Je pense que la télévision va devenir comme ça.

Donald Lautrec, 1971

Très au fait des nouveautés qui touchent le film et la télévision, Donald Lautrec s’intéresse beaucoup à la technique. Dans cette entrevue à l'émission Verso accordée au journaliste Gilles Moreau, on sent déjà l’intérêt de l’animateur vedette pour l’arrière-scène et la production.

Donald Lautrec jouera quelques rôles dans des films notoires : Le diable aime les bijoux (1969), Deux femmes en or (1970) et Maria Chapdelaine (1983).

Les émissions Lautrec 81, Lautrec 82, Lautrec 83 et Lautrec 85 verront quantité de vedettes défiler. Encore une fois, la signature est novatrice. Les artistes y présentent leurs chansons sous forme de vidéoclips, un format jusqu’alors à peu près inexistant. Certains vidéoclips sont même tournés dans des décors réalisés sur mesure sur le plateau de l’émission.

Donald Lautrec assis sur un tabouret sur le plateau télé.

Donald Lautrec à l'animation de l'émission « Lautrec 83 ».

Photo : Radio-Canada / Jean-Pierre Karsenty

En 1981, Donald Lautrec rejoint deux grands amis, eux aussi chanteurs de charme des années 1960 : Michel Louvain et Pierre Lalonde.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Telexart, 29 janvier 1981

Le trio se réunit pour le spectacle Les 3L. L’émission Telexart les reçoit en entrevue pour parler de cette aventure et assiste à une répétition.

À partir de 1985, Donald Lautrec passe derrière les caméras et met sur pied sa propre maison de production, Les productions Riviera. La boîte produit de nombreuses émissions de jeux et de variétés à succès dont Charivari, Action Réaction, Double-jeu, Puzzle, Zizanie, La guerre des sexes et Cafouillis.

Après une vingtaine d’années d’absence, le chanteur revient avec un album salué par la critique en 2009, Lautrec à jamais.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.