•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laval et l’Outaouais passent au niveau d'alerte orange

La santé publique a fait état de 489 nouveaux cas de COVID-19.

Plan rapproché de Christian Dubé; un reflet du Dr Arruda est aussi visible.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, était accompagné du Dr Horacio Arruda.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Rousselle

Les régions de Laval et de l’Outaouais passent au niveau d’alerte orange et le Centre-du-Québec passe au jaune, a annoncé le ministre de la Santé, Christian Dubé, mardi après-midi, lors d'un point de presse donné en compagnie du directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda.

Bien que le nombre de nouveaux cas ne soit pas hors de contrôle dans les régions de Laval (50 cas annoncés mardi), de l'Outaouais (11 cas) et du Centre-du-Québec (14 cas), selon les dernières données de la santé publique, ces trois régions passent au niveau d'alerte supérieur en raison de l'augmentation préoccupante de certains paramètres, a expliqué le ministre Dubé.

Ce n’est pas uniquement le nombre de cas qui justifie de faire des changements, mais c’est aussi le nombre d’éclosions et l'impact sur le système hospitalier de la région, a-t-il précisé.

Cinq régions se situent maintenant au palier d'alerte orange au Québec, soit Montréal, la Capitale-Nationale (à l’exception de Portneuf et de Charlevoix), Chaudière-Appalaches, Laval et l'Outaouais.

Les règles en vigueur en zone orange :

  • Les bars et restaurants doivent cesser de vendre de l’alcool après 23 h;
  • Les établissements demeurent ouverts, mais pas plus de six personnes peuvent être assises à une même table;
  • Les commerces et gymnases restent également ouverts;
  • Les rassemblements privés, y compris dans les maisons, ne pourront comporter plus de six personnes à la fois issues d’un maximum de deux familles;
  • Les rassemblements dans les lieux publics devaient initialement passer de 250 à 50 personnes, mais le gouvernement compte accorder des exceptions aux salles de spectacle, aux théâtres et aux cinémas. La limite pour ces lieux demeure à 250 personnes, sous supervision du personnel;
  • Comme c'est le cas actuellement, le masque ne sera pas obligatoire une fois assis. Il sera seulement exigé lors des déplacements;
  • Pour les événements organisés dans un endroit public en zone orange au sein des régions en alerte orange, le maximum est désormais de 25 personnes, à l'intérieur comme à l'extérieur, au lieu de 50;
  • Les visites dans les résidences pour aînés (RPA) sont limitées à un maximum de 6 personnes présentes à la fois dans une unité locative, y compris le résident. Dans les CHSLD, seules les visites à des fins humanitaires et celles des proches aidants sont autorisées;
  • Les résidents des régions orange doivent aussi éviter les déplacements interrégionaux, bien que ce ne soit pas interdit.


Appel aux retraités

Une infirmière place un prélèvement dans un sac.

Du personnel médical procède à des prélèvements à la clinique mobile installée le 17 septembre 2020 au Colisée Jean-Béliveau, à Longueuil.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Québec lance aussi un appel aux Québécois à la retraite qui désireraient prêter main-forte aux équipes des cliniques de dépistage à s’inscrire sur la plateforme Internet Je contribue!.

Tout ce qu’on va demander, c’est un engagement de quelques semaines pour pouvoir planifier [le travail de] ces gens-là, a expliqué Christian Dubé.

Pour les cliniques de dépistage, Québec recherche surtout des audiologistes, des dentistes, des nutritionnistes, des hygiénistes dentaires, des orthophonistes, des physiothérapeutes, des infirmières auxiliaires, des technologistes médicaux et des sages-femmes.

Québec recherche aussi des policiers à la retraite ou des gens qui ont de l’expérience dans les sondages ou enquêtes de toutes sortes afin d'aider le personnel de la santé publique qui réalise actuellement les enquêtes entourant les chaînes de contagion.

Une deuxième vague très différente de la première

Selon Christian Dubé, la deuxième vague de COVID-19 qui s’amorce au Québec s’annonce très différente de la première, dans la mesure où plusieurs régions qui ont été presque épargnées par le virus au printemps sont aujourd’hui aux prises avec de multiples éclosions. C’est notamment le cas des régions de la Capitale-Nationale et du Bas-Saint-Laurent.

La contagion communautaire est également plus importante cette fois, dans la mesure où la maladie faisait surtout des ravages dans les CHSLD et les foyers pour personnes âgées lors de la première vague.

Aujourd’hui, un grand nombre de personnes infectées sont des jeunes, ce qui modifie aussi les lieux de contagion qui deviennent davantage des bars, des restaurants et des lieux de rassemblement privés, comme les résidences.

Au printemps, les principales sources d'infection étaient des gens qui revenaient d'un voyage à l'extérieur du pays. Cette fois, la deuxième vague émane de l'intérieur et d'individus beaucoup plus jeunes, a souligné le ministre.

On est vraiment, en ce moment, dans une contagion communautaire.

Christian Dubé, ministre de la Santé du Québec

Ce qui nous préoccupe le plus, c’est la contagion communautaire. Même si, en ce moment, elle n’implique pas un grand nombre de décès ou d’hospitalisations, elle nous fait très mal en raison de la pression qu'elle exerce sur les ressources du système de santé, a expliqué Christian Dubé.

Chaque infirmière, médecin ou préposé qui doit s'occuper du traitement ou du dépistage de personnes aux prises avec la COVID-19 ne soigne pas, pendant ce temps, les patients atteints d'autres maladies graves ou qui ont besoin d'une chirurgie ou de traitements.

Qui plus est, même si elle touche davantage les jeunes maintenant, la COVID-19 finira par atteindre les personnes vulnérables d'une manière ou d'une autre, a insisté M. Dubé.

Plan rapproché du Dr Arruda, qui regarde vers le bas, devant des drapeaux du Québec.

Le Dr Horacio Arruda, directeur national de santé publique, était aux côtés du ministre Dubé.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Rousselle

Près de 500 nouveaux cas

Plus tôt, la santé publique du Québec a fait état de 489 cas de COVID-19 recensés la veille – une centaine de moins que le nombre annoncé lundi – pour un nombre total de 68 617 personnes atteintes depuis le début de la pandémie.

Aucun décès n’est survenu lundi. Toutefois, il y en a eu 1 entre le 15 et le 20 septembre. Le bilan total des morts s’élève à 5805.

Il y avait 168 personnes infectées par le coronavirus qui étaient hospitalisées, soit 20 de plus que la veille. Le nombre de personnes se trouvant aux soins intensifs a cependant reculé de 2, pour se situer à 28.

Les prélèvements faits dimanche à des fins de dépistage se chiffraient à 25 025, pour un total de 2 115 208. (Québec publie systématiquement les données concernant les tests 24 heures après les autres.)



La région de Montréal est toujours celle qui compte le plus de nouvelles infections, soit 142, un nombre élevé mais moins inquiétant que celui de 219 annoncé lundi. Il y en a aussi eu 62 en Montérégie, 50 à Laval, 25 dans les Laurentides, 14 en Mauricie-et-Centre-du-Québec et 10 dans Lanaudière.

Dans la région de la Capitale-Nationale, le nombre de cas était de 92 pour une troisième journée de suite. Il y en a aussi eu 46 dans Chaudière-Appalaches.

En Outaouais, qui passe au niveau d'alerte orange, il y en a eu 11.

La santé publique de l'Ontario a pour sa part fait état mardi de 478 nouvelles infections, un nombre qui n'avait pas été atteint depuis le début de mai.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !