•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

TikTok veut s’associer aux autres réseaux pour lutter contre les images ultraviolentes

Un téléphone intelligent avec TikTok sur son écran d'accueil.

TikTok a retiré plus de 105 millions de vidéos enfreignant ses règles dans la première moitié de 2020.

Photo : Getty Images / Wachiwit

Radio-Canada

TikTok souhaite se coordonner avec neuf autres géants des réseaux sociaux pour déceler et retirer rapidement des plateformes des images ultraviolentes, dont celles de suicide. L'annonce a été faite mardi par la firme chinoise lors d'une audience devant le Parlement britannique.

Theo Bertram, responsable de TikTok chargé des relations avec les autorités en Europe, a expliqué que l'entreprise avait fait cette proposition aux têtes dirigeantes de Facebook, Instagram, Google, YouTube, Twitter, Twitch, Snapchat, Pinterest et Reddit dans une lettre envoyée après la diffusion sur plusieurs réseaux d'une vidéo d'un homme se suicidant.

Pour l'instant, chaque plateforme possède sa propre politique pour arrêter la diffusion de contenus problématiques. Mais nos efforts individuels visant à protéger nos utilisateurs et utilisatrices seraient considérablement renforcés par une approche collaborative pour déceler tôt les contenus extrêmement violents, comme le suicide, et en aviser les autres représentants du secteur, a écrit dans cette lettre Vanessa Pappas, directrice générale par intérim de TikTok.

La firme chinoise avait lancé sa propre enquête après que le suicide filmé d'un Américain s'est retrouvé au milieu d'autres vidéos diffusées sur sa plateforme, qui est particulièrement populaire auprès des jeunes.

Selon l'avertissement envoyé par TikTok à ses utilisateurs et utilisatrices le 8 septembre, ces images provenaient à l'origine d'une vidéo diffusée en direct sur Facebook.

La vidéo avait ensuite été mise en ligne sur plusieurs autres plateformes, après une attaque coordonnée de personnes exerçant des activités sur le dark web, partie cachée d'Internet, selon ce qu'a expliqué mardi Theo Bertram aux députés et députées britanniques.

Dans cette affaire, nos pensées vont à la victime. Mais nous pensons que les choses pourraient mieux se passer à l'avenir, a indiqué cet ancien conseiller des premiers ministres britanniques Tony Blair et Gordon Brown.

Nous devons maintenant établir un partenariat pour traiter ce type de contenu, a-t-il déclaré lors de son audience devant une commission parlementaire, expliquant que cette collaboration pourrait s'inspirer de celle déjà en place pour lutter contre les contenus montrant des abus sexuels sur des enfants.

Dans sa lettre adressée aux autres géants des réseaux sociaux, TikTok a proposé que les responsables de la sécurité de chaque application se rencontrent pour définir les détails d'une approche collective qui, nous le pensons, nous aidera tous à améliorer la sécurité des internautes.

TikTok a retiré plus de 105 millions de vidéos inappropriées en 2020

Le réseau social chinois a d’ailleurs publié son plus récent rapport de transparence (Nouvelle fenêtre), qui rapporte le retrait d’une centaine de millions de vidéos présentant de la nudité ou enfreignant d’autres politiques de la plateforme pendant le premier semestre de 2020.

C’est le double du nombre de vidéos retirées dans les six derniers mois de 2019, selon le Business Insider. Toutefois, ce type de contenu représente moins de un pour cent de toutes les vidéos publiées sur la plateforme.

Des vidéos retirées, 3 sur 10 en moyenne contenaient des activités de nature sexuelle ou de la nudité adulte, et 22,3 % d’entre elles ont été jugées comme présentant un risque pour la sécurité des personnes mineures.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Business Insider

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !