•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Controverse entourant la nomination de Nathan Cullen dans Stikine

Gros plan sur le visage de l'ancien député fédéral du NPD et candidat dans Stikine aux élections provinciales, Nathan Cullen.

L'ancien député fédéral du NPD était un médiateur pendant la crise entre des chefs héréditaires wet'suwet'en et la compagnie énergétique Coastal Gaslink.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

La chef autochtone Annita McPhee dénonce le traitement de sa candidature par le Nouveau Parti démocratique (NPD) dans la circonscription de Stikine, en Colombie-Britannique, après que le parti a nommé l’ancien député fédéral Nathan Cullen pour le représenter lors des élections qui se tiendront le 24 octobre.

Le député actuel de la circonscription située dans le nord de la province, Doug Donaldson, a annoncé qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat.

Or, le mandat d'équité du NPD stipule que, lorsqu'un député de sexe masculin se retire, il doit être remplacé par un membre d'un groupe en quête d'équité, une femme, par exemple, ou un Autochtone.

Le parti soutient avoir pris contact avec 15 candidats potentiels qui répondaient aux critères de cette règle, mais qu’aucun n’avait souhaité se lancer dans la course. Il a donc décidé de nommer Nathan Cullen.

Annita McPhee, qui est à la fois une femme et membre de la Première Nation Tahltan, ne figurait pas sur la liste.

À la suite de la nomination d'un candidat du NPD fédéral en 2019 dans la circonscription de Skeena-Bulkley Valley, Annita McPhee a clairement fait savoir à de nombreux députés qu'elle ne voulait plus jamais être associée au NPD. Alors, elle n'a pas été sollicitée lors de notre recherche, écrit la présidente de l’Association néo-démocrate de la circonscription de Stikine, Megan Olson, dans un communiqué.

Photo d'Annita McPhee.

Annita McPhee a effectué trois mandats comme présidente du gouvernement central de la Première Nation Tahltan.

Photo : Annita McPhee/Facebook

Deux signatures manquantes

Annita McPhee a soumis son dossier de candidature vendredi, mais certaines signatures n'étaient pas valides, selon le règlement du parti.

Bien que ce problème ait finalement été résolu [lundi] matin, il ne restait pas assez de temps pour traiter le dossier, explique le président du NPD de la Colombie-Britannique, Craig Keating.

Mme McPhee affirme que ce n’est que dimanche en fin de journée qu’elle a été mise au courant du problème dans le dossier de candidature, soit qu’il manquait deux signatures.

Nous leur avons répondu par courriel tout de suite et nous n'avons pas eu de réponse. Puis, j'ai lu [lundi] sur Twitter que j’étais disqualifiée, raconte Annita McPhee.

La chef autochtone rejette l’argument selon lequel elle a affirmé ne jamais vouloir être associée au parti. Je ne me souviens pas d'avoir dit quelque chose comme ça.

Déception

Annita McPhee a effectué trois mandats comme présidente du gouvernement central de la Première Nation Tahltan. Son attachée de presse, Ginger Gosnell-Meyers, est déçue de la décision du NPD de nommer Nathan Cullen.

Je suis vraiment triste pour tous les chefs autochtones exceptionnels qui n'auront pas la possibilité d'être au service du public parce que quelqu'un a obtenu un traitement spécial, dit-elle.

Nathan Cullen dit qu'il a bon espoir de remporter la circonscription de Stikine et qu'il n'est pas être en mesure de faire de commentaires au sujet du processus de nomination du parti. 

M. Cullen était médiateur pendant la crise entre des chefs héréditaires wet'suwet'en et la compagnie énergétique Coastal Gaslink.

Le chef néo-démocrate, John Horgan, souligne que le mandat d'équité a été bénéfique pour son parti. Il promet que des membres du groupe en quête d'équité seront nommés dans les quatre autres circonscriptions du nord de la Colombie-Britannique. Elles seront représentées par des femmes, dont deux sont Autochtones.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !