•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le rejet de la poursuite civile intentée par Chantale Cyr est réclamé

Liz Gagné et Chantale Cyr assises à une table lors du conseil des commissaires.

Une requête en irrecevabilité et une demande de rejet quant au recours de Chantale Cyr ont été déposées en Cour supérieure.

Photo : Radio-Canada / Vicky Boutin

L'ex-présidente de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, Liz S. Gagné, et d'anciens commissaires, tentent de faire rejeter la poursuite civile de 350 000 $ intentée contre eux par la directrice générale Chantale Cyr.

L'avocat des défendeurs, Me Marcel-Olivier Nadeau, estime que la poursuite déposée est irrecevable parce que Chantale Cyr a déjà été indemnisée par la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST) pour une lésion professionnelle. En octobre 2019, le Tribunal administratif du travail a également reconnu que Mme Cyr a été victime d'un congédiement illégal et de harcèlement psychologique. Elle a ensuite pu réintégrer ses fonctions et a reçu des dommages pour atteinte à sa réputation.

La requête déposée en Cour supérieure a été débattue lundi par les procureurs des deux parties et le juge l'a pris en délibéré.

L'avocat de Chantale Cyr, Me Éric Lebel, réitère que la poursuite en diffamation est basée sur d'autres faits, avec d'autres personnes en cause, et que ces dommages ne pouvaient être réclamés à la CNESST et au Tribunal administratif du travail. Selon lui, c'est un débat distinct des procédures précédentes.

Me Lebel entend démontrer que des prétextes trompeurs ont été invoqués pour justifier le congédiement de sa cliente et que les défendeurs ont eu des comportements fautifs et malveillants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !