•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La découverte de matériaux dangereux a ralenti la réfection de l'Héritage 1

Un navire stationné dans un chantier, entouré d'équipement.

Les travaux de réfection de l'Héritage 1 sont effectués par le Groupe Océan au chantier maritime de L'Isle-aux-Coudres.

Photo : Jean-Philippe Rioux

Michaële Perron-Langlais

Les travaux de réfection du traversier l’Héritage 1 avancent à bonne vitesse depuis le début du mois, mais la découverte de matériaux dangereux sur le navire, cet été, a ralenti sa réfection au chantier maritime du Groupe Océan, à L’Isle-aux-Coudres.

Construit en 1973, l’Héritage 1 assure habituellement la traverse entre Trois-Pistoles et Les Escoumins de mai à octobre, mais a passé la saison 2020 en cale sèche pour être mis aux normes.

Le début des travaux a été marqué par quelques embûches, explique le capitaine de l’Héritage 1, Jean-Philippe Rioux.

On a découvert la présence de plomb dans une vieille peinture, probablement d’origine, explique celui qui visite le site une à deux fois par semaine pour observer le déroulement de travaux.

Qui dit plomb dit précautions à prendre, donc il a fallu faire des analyses et que le chantier prenne les mesures nécessaires pour protéger ses employés.

Jean-Philippe Rioux, capitaine de l'Héritage 1

Et puis dans la salle des machines, dans les cheminées, il y avait des isolants à base d’amiante, ajoute-t-il. On ne pouvait pas travailler dans ces zones-là, donc il a fallu faire une expertise et retirer l’amiante. Maintenant, l’amiante a été enlevé, le rythme de travail par rapport au plomb se fait bien, donc on est en ligne droite vers la fin.

Un traversier vogue sur le fleuve Saint-Laurent.

Le traversier L'Héritage 1 a quitté Trois-Pistoles vers L'Isle-aux-Coudres le 6 juillet (archives).

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

L'Héritage 1 pourrait ne pas passer l'hiver à Trois-Pistoles

Jean-Philippe Rioux ignore toutefois s’il sera possible de rattraper le retard à temps pour ramener le bateau à Trois-Pistoles avant le début de l’hiver. J’ai un architecte naval avec moi qui observe l’évolution des travaux et de notre côté, on est plus pessimistes, mais du côté du chantier, ils sont très optimistes, indique-t-il.

Pour passer l'hiver à Trois-Pistoles, le traversier doit être de retour avant le 13 novembre, puisque le capitaine doit profiter de la grande marée d’automne, avant l’arrivée des glaces, pour le mettre à l’abri jusqu’au printemps.

Jean-Philippe Rioux et la Compagnie de navigation des Basques, qui gère la traverse Trois-Pistoles–Les Escoumins, se préparent à toutes éventualités.

Le devant d'un navire stationné dans un chantier.

L'Héritage 1 est en cale sèche à L'Isle-aux-Coudres depuis juillet.

Photo : Jean-Philippe Rioux

On est en discussion pour rester dans la marina de L’Isle-aux-Coudres, ça pourrait être une option, précise-t-il. Ou, si on a terminé tous les travaux qui doivent obligatoirement être faits avant la mise à l’eau, mais qui restent des travaux en dehors de l’eau, il serait possible qu’on revienne à Trois-Pistoles et qu’on finisse les travaux qui restent au printemps.

Dépassements de coûts minimes

À ce stade-ci du projet, la Compagnie de navigation des Basques assure que les imprévus rencontrés sur le chantier n’ont pas entraîné une hausse marquée de la facture.

Il y a certains dépassements de coûts, mais qui sont minimes par rapport à ce à quoi on aurait pu s’attendre dans d’autres circonstances. Actuellement c’est aux alentours d’une cinquantaine, une soixantaine de milliers de dollars.

Jean-Marie Dugas, secrétaire de la Compagnie de navigation des Basques

Le secrétaire de la Compagnie précise que ces sommes incluent des tant qu’à y être, soit des ajouts qui n’étaient pas prévus dans le plan initial.

Pour vous donner un exemple, on changeait du métal, mais le trou d’homme n’avait pas été prévu parce que les ingénieurs qui préparaient les plans et devis trouvaient que c’était correct. Mais une fois qu’on a découpé autour, ça semblait plus usé qu’à première vue, illustre Jean-Marie Dugas. À ce moment-là, on remplace le trou d’homme en même temps, tant qu’à découper le métal. Donc on sauve un peu d’argent sur un prochain projet.

Des manifestants dans la rue tiennent une banderole où est écrit Sauvons L'Héritage.

Plusieurs manifestations ont été organisées à l'automne 2019 et à l'hiver 2020 pour convaincre Québec de financer les travaux de réfection de l'Héritage 1 (archives).

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

Québec a octroyé en mars 4,9 millions de dollars pour la réfection de l’Héritage 1, après une importante mobilisation citoyenne. La Compagnie de navigation des Basques ainsi que les MRC des Basques et de la Haute-Côte-Nord se sont engagées à assumer les dépassements de coûts.

Jean-Marie Dugas souligne qu’au total, près de 1,6 million de dollars sont disponibles à cet effet, si cela était nécessaire.

Le retour en service de l’Héritage 1 entre Trois-Pistoles et Les Escoumins est toujours prévu pour le printemps 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !