•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : 15 nouveaux cas dans l'est ontarien

Une infirmière tend une enveloppe à l'occupant d'un camion.

Une infirmière au centre de dépistage de la COVID-19 à Casselman discute avec un patient dans son camion.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Quinze nouveaux cas de la COVID-19 ont été détectés depuis vendredi sur le territoire du Bureau de santé de l'est de l'Ontario (BSEO). Au total, 41 cas actifs et une hospitalisation sont maintenant dénombrés sur le territoire.

Deux de ces cas touchent précisément des écoles francophones du territoire. Lundi, un membre du personnel du Pavillon Saint-Jean de l’école élémentaire Embrun a été déclaré positif à la COVID-19. 

Selon le Dr Paul Roumeliotis, médecin-hygiéniste du BSEO, les élèves qui ont été en contact avec cette personne ont été placés en isolement préventif.

Le BSEO a aussi confirmé qu’un étudiant de l’école secondaire catholique l’Escale à Rockland a été déclaré positif au coronavirus.

Le Dr Roumeliotis indique qu'une enquête épidémiologique est en cours et que son personnel tente de retracer tous les contacts étroits dans ces deux cas.

Malgré que le nombre de décès dans la région est bas, même si la plupart des personnes infectées ces temps-si ont moins que 40 ans, et que la maladie est moins sévère à cet âge, il ne faut pas dire que ce n'est pas grave.

Dr Paul Roumeliotis, médecin-hygiéniste du BSEO
Paul Roumeliotis devant un fond blanc sur lequel on retrouve plusieurs fois le logo du Bureau de santé de l'Est de l'Ontario.

Le Dr Paul Roumeliotis est le directeur général du Bureau de santé de l'Est de l'Ontario.

Photo : Radio-Canada

A un moment donné, ça pourrait entrer dans une maison de soins de longue durée et tuer des personnes et c'est cela qu'il faut éviter, ajoute le Dr Roumeliotis.

Déménagement du centre de dépistage de Casselman

Par ailleurs, le Dr Roumeliotis a confirmé que le BSEO va déménager son centre de dépistage de Casselman.

Depuis les dernières semaines, de longues files d’attente compliquent la circulation automobile. Certains résidents ont dû rebrousser chemin puisque le personnel infirmier a atteint la capacité quotidienne de dépistage. Selon le BSEO, 450 voitures peuvent être accommodées au centre de Casselman chaque jour.

La police provinciale de l’Ontario a dû y installer des agents en permanence pour assurer la circulation.

Voiture de police et file de voitures le long d'une route.

Une longue file de voitures sur la rue principale à Casselman, en attendant l'entrée du centre de dépistage de la COVID-19, qui offre un service à l'auto.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Il n’y a pas de place physique, ça bloque tout Casselman et ça cause de problèmes de trafic dangereux, a dit le Dr Roumeliotis lors d’un point de presse lundi.

Le centre de dépistage affichait déjà complet peu après 9 h mardi, soit quelques minutes après son ouverture.

On est en train de se préparer pour déménager notre site de Casselman vers un endroit tout près, plus central et plus facile d’accès de l’autoroute 417. Il y aura un gros stationnement et beaucoup d’espaces pour les voitures et ça sera un centre de dépistage 4 saisons.

Dr Paul Roumeliotis, médecin-hygiéniste du BSEO

Selon le médecin hygiéniste, le nouveau centre devrait pouvoir accueillir ses nouveaux patients d’ici le début du mois d’octobre. Cet emplacement pourra, selon le Dr Roumeliotis, mieux répondre aux besoins dans la région, mais aussi offrir le dépistage aux résidents de l’est d’Ottawa.

Le BSEO a par ailleurs confirmé que le service paramédical érigera des centres temporaires de dépistage pour atténuer l’achalandage au centre de Casselman.

Sur le territoire du BSEO, 48 083 tests de dépistage ont été effectués jusqu'à maintenant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !