•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un haut placé chinois et critique du président condamné à 18 ans de prison

L'homme pose devant une toile représentant une montagne.

Ren Zhiqiang, qui a critiqué la gestion de la pandémie par le président chinois, a été condamné à 18 ans de prison pour corruption.

Photo : Associated Press / Color China Photo

Associated Press

L'ancien président d'une société immobilière d'État chinoise qui a publiquement critiqué la gestion par le président Xi Jinping de la pandémie de coronavirus a été condamné mardi à 18 ans de prison dans une affaire de corruption, a annoncé le gouvernement.

Ren Zhiqiang, qui était connu pour avoir dénoncé la censure et d'autres sujets sensibles, a disparu de la vue du public en mars, après avoir publié en ligne une critique qui accusait le président Xi d'avoir mal géré l'épidémie qui a commencé en décembre dans la ville de Wuhan.

Il a été reconnu coupable de corruption, de pots-de-vin, de détournement de fonds et d'abus de pouvoir, a annoncé un tribunal de Pékin. Selon ce tribunal, l'homme de 69 ans n'interjettera pas appel.

Le magnat retraité avait été expulsé du parti au pouvoir en juillet.

Dans une publication qui a circulé sur les réseaux sociaux, Ren Zhiqiang a critiqué une vidéoconférence que Xi Jinping a présidée le 23 février et à laquelle ont participé pas moins de 170 000 responsables communistes et qui portait sur les mesures prises par la Chine contre le coronavirus.

Ren Zhiqiang n'avait pas mentionné le nom du président, mais avait déclaré : Il n'y avait pas un empereur montrant ses nouveaux vêtements, mais plutôt un clown qui s'est déshabillé et insisté pour être un empereur.

L'ancien magnat a également critiqué la propagande qui décrit le président Xi et d'autres dirigeants comme des sauveurs qui ont permis à la Chine de vaincre la COVID-19, mais qui omet de mentionner la façon dont la maladie s'est propagée et les erreurs possibles commises par le régime, y compris la suppression d'informations au début de l'épidémie.

Les gens n'ont entendu aucune critique dans cette conférence. Celle-ci n'a pas présenté d'enquête ni révélé la vérité , a écrit Ren Zhiqiang, selon une copie publiée par le China Digital Times, un site web californien. Personne n'a fait de vérification ou pris de responsabilité. Mais ils essaient de dissimuler la vérité avec toutes sortes de grandes réalisations.

Ren Zhiqiang a eu une première carrière comme militaire et ses parents étaient tous deux d'anciens hauts fonctionnaires du Parti communiste. Il était qualifié de prince héritier, un terme pour la progéniture des fondateurs du gouvernement communiste, un groupe qui comprend Xi Jinping.

Il semble avoir franchi une ligne politique en critiquant le leadership personnel du président Xi.

Depuis son arrivée à la tête du Parti communiste chinois en 2012, Xi Jinping a réprimé les critiques et les organisations non officielles, et il a resserré la censure. Des dizaines de journalistes, de militants syndicaux et des droits de l'homme ont été emprisonnés depuis son arrivée au pouvoir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !