•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les clients d’Hydro-Sherbrooke devront à nouveau payer les frais d’administration

Gros plan sur la main d'une femme qui appuie sur une touche d'une calculatrice en faisant son budget.

En mars dernier, Hydro-Sherbrooke, tout comme Hydro-Québec, avait décidé de suspendre les frais d'administration pour factures impayées (archives).

Photo : Getty Images / Chainarong Prasertthai

Radio-Canada

À partir du 1er octobre, les clients d’Hydro-Sherbrooke devront à nouveau s’acquitter des frais d’administration sur leurs factures impayées.

La décision d’Hydro-Sherbrooke fait écho à celle d’Hydro-Québec.

En mars dernier, Hydro-Sherbrooke, tout comme Hydro-Québec, avait décidé de suspendre les frais d'administration pour factures impayées pour éviter de pénaliser les clients qui éprouvaient de la difficulté à payer leur facture d'électricité en raison de la pandémie de COVID-19.

[En raison] de la COVID, l’un des éléments pour aider les gens pour passer au travers, c’était de suspendre les frais d’administration pendant un certain temps, a indiqué le conseiller Julien Lachance, également président d’Hydro-Sherbrooke, au conseil municipal de lundi.

Chez Hydro-Sherbrooke, on arrime toujours notre tarification à celle d’Hydro-Québec par équité, car certains Sherbrookois sont desservis par Hydro-Québec, poursuit-il. Toutes les bonnes choses ont une fin.

Julien Lachance invite ceux qui sont en mesure de payer leurs factures à le faire. Cependant, pour les personnes qui sont dans une situation difficile, on va être compréhensifs, fait-il savoir.

Ceux qui ne sont pas en mesure de payer leur facture doivent alors faire une entente de paiement avant le 30 septembre avec Hydro-Sherbrooke. À ce moment-là, les frais d’administration pourraient être levés, indique-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !