•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des changements organisationnels importants promis par Sherbrooke

La devanture de l'hôtel de ville de Sherbrooke.

Le directeur général de la Ville de Sherbrooke promet des changements organisationnels importants.

Photo : Radio-Canada / Bertrand Galipeau

Radio-Canada

Le directeur général de la Ville de Sherbrooke, Daniel Picard, promet que des « changements organisationnels importants » seront présentés « sous peu » à l’occasion du dévoilement du prochain budget de la Ville.

C’est ce qu’il a indiqué, lundi, lors du comité plénier public durant lequel a été présenté le rapport de la vérificatrice générale de la Ville de Sherbrooke, Andrée Cossette.

Dans ce rapport, la vérificatrice générale met en lumière plusieurs problèmes organisationnels au niveau de la gestion des dépenses.

Elle montre notamment du doigt le fait que la décentralisation des achats dans les différents services multiplie le nombre d'acteurs et ne permet pas à la Ville de profiter d'ententes d'approvisionnement en biens et services et de faire des économies.

On ne peut plus se permettre des choses qui, par le passé, étaient moins préoccupantes, admet Daniel Picard.

Pour ce dernier, cette réorganisation du travail à venir ne devrait pas être vue comme si la Ville avait un problème. Il croit plutôt que c’est une opportunité de faire mieux et de voir les choses différemment.

Daniel Picard croit cependant que centraliser les achats ne pourrait pas être la meilleure solution et pourrait ralentir certaines opérations.

Il y a des avantages potentiels à décentraliser les achats, mais il y a aussi des risques. Si dans le passé, il y a eu des décisions de décentralisation pour réaliser des achats, c’était pour augmenter l’efficacité au niveau de la vitesse des travaux, a-t-il tenu à souligner.

Un rapport de qualité, selon les élus

Lors de la présentation du rapport de la vérificatrice générale, tous les élus ont félicité la qualité du document. La conseillère Annie Godbout a salué un beau travail. Elle pense qu’il y a à la Ville de Sherbrooke une culture organisationnelle qui est complètement à changer.

L’organisation du travail est assurément déficiente à plusieurs niveaux et [la vérificatrice générale] a pointé quelques-uns [comme] le manque d’efficacité et les pertes de revenus potentiels, s’est-elle exprimée.

Quand on parle d’organisation de travail, c’est fondamental et ça a un impact direct sur le compte de taxes des citoyens.

Annie Godbout, conseillère municipale du district de Rock Forest

La conseillère souhaite par ailleurs que le comité de performance organisationnelle se penche activement sur ces enjeux d’organisation du travail à la Ville. Je souhaite qu’on établisse une stratégie sur la gouvernance de nos services, lance-t-elle.

Annie Godbout a par ailleurs regretté que les élus n’aient jamais été impliqués dans le dossier de l’amélioration continue. Je le regrette amèrement. Je l’ai dit beaucoup qu’on devrait être impliqués et on ne l’a pas été. Et là, on a une chance de se rattraper avec les recommandations de la vérificatrice générale [...] pour un ensemble de services.

Un travail de longue haleine

De son côté, la présidente du conseil municipal et du conseil exécutif, Nicole Bergeron, croit qu’un changement organisationnel est un travail de longue haleine.

Quand on parle de changement organisationnel ou de changement de culture, ce sont des choses qui prennent du temps à changer. Il faut que les personnes en autorité, soit les directeurs et directrices, fassent percoler ça dans leur service pour que tout le monde mette l’épaule à la roue, lance-t-elle.

Un éléphant, ça se mange en morceaux. Sinon, c’est très indigeste et on n'y arrive pas.

Nicole Bergeron, présidente du conseil municipal et du conseil exécutif

Le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, assure pour sa part que le rapport de la vérificatrice générale sera étudié en collaboration avec la direction générale pour faire le point.

Dans son rapport de l’année dernière, la vérificatrice générale indiquait que des milliers de dollars avaient été payés en double par la Ville de Sherbrooke à ses fournisseurs au cours des dernières années.

Sur ce point, le maire explique que plus de 1,5 million de dollars a été récupéré par la Ville. Je trouve que c’est positif qu’il y ait quand même des étapes qui ont été faites de ce côté-là, dit-il en entrevue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !