•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un code de couleurs basé sur l'entraide et la solidarité

Un carton vert placé sur la fenêtre avant d'une maison affichant « I'm Ok! ».

Le système de couleurs qui permet de veiller les uns sur les autres est un succès. Les membres de la communauté désirent que l'initiative se poursuive après la pandémie de COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Véronik Picard

Véronik Picard

Le 8 septembre dernier, le gouvernement du Québec annonçait un système de couleurs pour évaluer le degré d'évolution de la COVID-19 dans les régions de la province. À Kitigan Zibi, un code de couleurs est en vigueur depuis le mois d'avril, mais pour des raisons bien différentes.

Cette communauté anichinabée est tissée serrée particulièrement lors des moments difficiles, confie Celine Brazeau, coordonnatrice à la gestion des mesures d’urgence pour le conseil de bande de Kitigan Zibi. C’est pour cette raison que la sécurité des membres de la communauté était une priorité en contexte de pandémie.

Chaque matin depuis le mois d’avril, des employés du centre de santé de Kitigan Zibi parcourent les rues. C’est la couleur qui s’affiche aux fenêtres des quelque 600 maisons de la communauté qui attire leur attention. Le vert indique que tout va bien, le jaune que de l’aide serait appréciée et le rouge que le moral est au plus bas.

Celine Braseau qui pose devant des arbres.

Celine Brazeau, coordonnatrice à la gestion des mesures d’urgence pour le conseil de bande de Kitigan Zibi.

Photo : Radio-Canada / Véronik Picard

De cette façon, par une simple couleur, les résidents peuvent se sentir en sécurité. Un système basé sur l’esprit de communauté, la solidarité et l’entraide. Celine Brazeau souligne que, comme partout ailleurs, le confinement provoqué par la pandémie de COVID-19 a été difficile pour bien des gens de sa communauté, particulièrement ceux vivant seuls.

Jenny Tenasco, une aînée de la communauté, confie que la porte de sa maison est toujours ouverte pour ses enfants et petits-enfants qui viennent souvent la visiter plusieurs fois par jour. Cette coupure radicale avec ses proches en raison du confinement l’a particulièrement affectée.

Tout comme Laurie Commando-Budge et quelques autres résidents de Kitigan Zibi, Jenny s’est tenue occupée en fabriquant des masques en tissu qui ont été distribués aux membres de la communauté.

À l’aube d’une deuxième vague

Les garderies et les écoles sont ouvertes, mais Celine Brazeau souligne qu’il est important que les mesures d’urgence soient plus strictes à Kitigan Zibi. Elle spécifie que la population est plus à risque principalement en raison du vieillissement de la population et des problèmes cardiovasculaires, d'asthme et de diabètes qui sont plus élevés que dans le reste de la population québécoise.

Pour l’instant, aucun cas de COVID-19 n’a été confirmé parmi les quelque 1600 habitants, alors que dans la province de Québec, environ 12 personnes sur 1600 ont obtenu un résultat positif à la COVID-19.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !