•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le NPD promet d'investir 10 M$ dans les soins de santé mentale pour les enfants

Ryan Meili en conférence de presse.

Selon le chef de l’opposition officielle, il y a moins de spécialistes en santé dans les écoles aujourd'hui qu'il n'y en avait en 2015-2016, notamment à cause des coupures réalisées par l’administration actuelle.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NDP) de la Saskatchewan, Ryan Meili, a annoncé qu'un gouvernement néo-démocrate renversera les années de coupures vécues sous le parti de Scott Moe en investissant pour faire de la santé mentale des enfants une priorité en Saskatchewan.

S’il est élu, le NPD s’est engagé à investir 5 millions de dollars afin d'embaucher une cinquantaine d’infirmières spécialisées en santé mentale pour œuvrer dans les écoles de la province.

Le gouvernement de Scott Moe n’a pas réussi à soutenir les élèves plus vulnérables. J’ai entendu trop de parents et d’enseignants s’inquiéter de l’impact de cette pandémie sur la santé mentale de leurs enfants.

Ryan Meili, chef du NPD

Les jeunes ont vécu tellement de choses au cours des derniers mois et les soutiens étaient déjà insuffisants. Il est bien au-delà du temps d’investir dans les étudiants pour leur apporter le soutien dont ils ont besoin maintenant et de bonnes compétences pour l’avenir.

Moins de spécialistes disponibles dans les écoles

Une somme additionnelle de 5 millions de dollars servira afin de travailler avec les divisions scolaires pour annuler les compressions effectuées par le gouvernement de Scott Moe et embaucher des psychologues, des conseillers, des orthophonistes et d'autres spécialistes en santé mentale.

Selon le chef de l’opposition officielle, il y a moins de conseillers, de psychologues et d'orthophonistes aujourd'hui qu'il n'y en avait en 2015-2016, notamment à cause des compressions réalisées par l’administration actuelle.

« La santé mentale des jeunes de notre province n’est pas un luxe. [...] Cela peut également alléger le fardeau de notre système de santé en aidant les jeunes à éviter les problèmes de santé mentale et de toxicomanie plus tard dans la vie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !