•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Autochtones devant la Commission à l'information concernant les cas de COVID-19

Une communauté au bord de l'eau.

Les personnes se rendant sur le territoire de Heiltsuk, y compris la communauté côtière de Bella Bella, qui abrite environ 1400 personnes, doivent remplir une déclaration de voyage et un formulaire d'auto-isolement.

Photo : Michael Wigle/Central Coast Regional District

Radio-Canada

Le commissaire à l'information et à la protection de la vie privée de la Colombie-Britannique enquêtera sur une plainte déposée par une coalition de Premières Nations pour manque d'information de la part de la province sur la propagation du COVID-19 dans leurs communautés.

Les dirigeants autochtones affirment que le ministère de la Santé a violé la Loi sur l'accès à l'information et la protection de la vie privée. Un avis du bureau du commissaire Michael McEvoy au Conseil tribal Heiltsuk, au gouvernement national Tsilhqot'in et au Conseil tribal Nuu-chah-nulth indique qu'une audience écrite sera menée sur leur plainte.

L'audience, qui s'appuiera sur les observations écrites des gouvernements autochtones et du ministère de la Santé sera suivie d'une décision écrite du commissaire McEvoy. Un calendrier des soumissions et des réponses est inclus dans la lettre. La date finale est fixée au 22 octobre, mais celle pour une décision n'est pas mentionnée.

Publication des données sur les cas de COVID-19

Les dirigeants autochtones allèguent que le ministère de la Santé a enfreint la Loi sur l'accès à l'information et la protection de la vie privée en omettant de divulguer rapidement les emplacements des cas de COVID-19 et si une personne infectée s'était rendue sur le territoire d'une Première Nation en particulier au cours des 14 jours précédents.

La lettre du commissaire indique que l'enquête a été lancée parce que de vastes communications entre les Premières Nations et le ministère de la Santé avant le dépôt de la plainte suggèrent qu'une résolution informelle a peu de chances de réussir.

La plainte auprès du commissaire a été déposée par des gouvernements autochtones représentant des communautés de la côte centrale, de Chilcotin et de l'île de Vancouver après des éclosions dans plusieurs d'entre elles.

Marilyn Slett, la conseillère en chef du Conseil tribal des Heiltsuk, a travaillé avec les autres chefs autochtones pour déposer cette plainte. Elle avance que l'idée que nous devons avoir une éclosion, comme nous venons de l'avoir dans notre communauté, avant que la Colombie-Britannique ne partage des informations, est imprudente et coloniale, et elle va à l'encontre des propres lois et promesses de réconciliation de la Colombie-Britannique.

Deux cas positifs de COVID-19 ont été confirmés dans le territoire de Heiltsuk au large de la côte centrale de la Colombie-Britannique il y a plus d'une semaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !