•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba examine sa liste de symptômes de la COVID-19 utilisées pour les écoles

Des personnes font la file pour obtenir un test de dépistage.

Il y eut de longues files d'attente pour des tests de dépistage du nouveau coronavirus à Winnipeg au cours de la dernière semaine, peu après la rentrée scolaire.

Photo : Radio-Canada / John Einarson

Radio-Canada

Les autorités sanitaires manitobaines examine la liste des symptômes de COVID-19 que les parents doivent évaluer avant d’envoyer leurs enfants à l’école. Cette révision vient après que la Colombie-Britannique ait éliminé des symptômes de sa liste.

Un mal de gorge, un nez qui coule et un mal de tête comptent parmi les symptômes que la Colombie-Britannique a éliminés de la liste d’affections que les parents doivent évaluer avant d'envoyer leur enfant à l'école.

Le médecin hygiéniste en chef du Manitoba, Brent Roussin, a indiqué en conférence de presse que la liste de symptômes à évaluer du Manitoba était en cours de révision, mais que toute décision sera liée à des facteurs locaux tels que le taux d’absentéisme.

Si nous avons tous ces symptômes d'évaluation et que nous ne voyons pas de taux élevés d’absentéisme, alors nous ne devons pas nécessairement les éliminer, affirme-t-il.

Les dix symptômes éliminés de la liste de la Colombie-Britannique sont :

  • un mal de gorge,
  • un nez qui coule,
  • un mal de tête,
  • de la fatigue,
  • une perte d’appétit,
  • des douleurs musculaires,
  • une conjonctivite,
  • des vertiges ou de la confusion,
  • des douleurs abdominales,
  • des éruptions cutanées ou la décoloration des doigts et des orteils.

Il est peu probable que l’un de ces symptômes soit à lui seul un indicateur d’une infection au nouveau coronavirus, selon les autorités sanitaires de la Colombie-Britannique qui en ont donc recommandé le retrait.

Ces symptômes sont également fréquents chez les enfants et pourraient donc exclure inutilement certains d’entre eux.

Brent Roussin note qu'environ 10 % des personnes infectées au Manitoba avaient pour unique symptôme un nez qui coule.

Si votre liste de dépistage est très sensible et contient un plus grand nombre de symptômes, cela signifie que de nombreuses personnes pourraient être identifiées comme ayant possiblement la COVID et exclues de l’école. Si vous diminuez cette sensibilité en réduisant le nombre de symptômes sur la liste, vous augmentez les chances qu'une personne avec la COVID n'ait pas les symptômes qui s'y trouvent et par conséquent puisse aller à l'école, explique-t-il.

Avec l’arrivée de la saison du rhume et de la grippe, le nombre de personnes présentant ces symptômes pourrait augmenter. Cela pourrait causer des problèmes si un nombre important de personnes doivent rester à la maison, poursuit Brent Roussin.

L'essentiel des symptômes retirés de la liste des éléments à surveiller chaque jour pour les élèves restent présents sur l'outil d'auto-évaluation de la Colombie-Britannique ainsi que sur la liste des symptômes de la COVID-19 du centre de contrôle des maladies de cette province.

Avec les informations de Cameron MacLean

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !