•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Edmonton pourrait rebaptiser ses circonscriptions avec des noms autochtones

Extérieur de l'hôtel de ville d'Edmonton. Edmonton et Calgary se joignent aux grandes villes canadiennes qui sont gérées par des chartes, comme Vancouver, Toronto et Montréal.

L'initiative s'inscrit dans le processus de réconciliation avec les peuples autochtones.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le conseil municipal d'Edmonton envisage de rebaptiser ses 12 circonscriptions en leur donnant des noms autochtones. Si le règlement est adopté avant le 31 décembre, les changements entreront en vigueur à temps pour les élections municipales d'octobre 2021.

Nous voulons rendre hommage au patrimoine autochtone, a déclaré le maire, Don Iveson, expliquant que cette initiative s'inscrit dans le cadre du processus de réconciliation avec les peuples autochtones.

La liste des noms a été soumise par un comité de 17 femmes autochtones de partout en Alberta, au terme d’un processus accéléré de six semaines.

Les noms proposés proviennent de neuf groupes autochtones : Cris, Dénés, Inuit, Pieds-Noirs, Anichinabés, Michif, Mohawk, Sioux et Papaschase.

La réconciliation ne se résume pas à de belles paroles. C'est aussi poser des actions concrètes pour honorer la tradition.

Don Iveson, maire d’Edmonton

La liste des noms proposés : 

  • Quartier 1 : Nakota Isga
  • Quartier 2 : Anirniq
  • Quartier 3 : Tastawiyiniwak
  • Quartier 4 : Dene
  • Quartier 5 : O-day'min
  • Quartier 6 : Métis
  • Quartier 7 : Sipiwiyiniwak
  • Quartier 8 : Papastew
  • Quartier 9 : Pihêsiwin
  • Quartier 10 : Ipiihkoohkanipiaohtsi
  • Quartier 11 : Karhiio
  • Quartier 12 : Sspomitapi

De possibles problèmes de prononciation

Don Iveson dit être conscient des problèmes de prononciation que pourraient représenter ces changements pour certaines personnes d'Edmonton, mais il les encourage à être curieuses et à rester ouvertes à la culture autochtone.

Je pense que, dans ce genre de situation, les gens peuvent avoir une ou deux réactions : soit ils disent : " C’est intéressant, j’aimerais en savoir plus!', soit ils rejettent l’idée tout simplement, dit-il. Je reconnais que tout le monde ne réagira pas de la première façon.

La Ville d’Edmonton a d'ailleurs publié sur son site Internet une brève explication des noms proposés, qui comprend notamment la langue autochtone d'origine, la signification du mot et la phonétique associée à chaque nom.

Terri Suntjens, directrice des initiatives autochtones à l'Université MacEwan et coprésidente du comité qui a soumis les 17 noms au conseil municipal, explique que son équipe enregistre des vidéos sur les différentes prononciations afin que les gens puissent facilement s'y habituer.

Il est temps que nous puissions partager la beauté de notre culture, de notre histoire et de notre langue de manière à éduquer les autres, dit-elle.

La Ville peut en faire plus, dit un chef autochtone

Même s'il croit que c'est un pas dans la bonne direction, le chef de la Première Nation de Papaschase, Calvin Bruneau, croit que la Municipalité peut en faire plus en lançant notamment une campagne de sensibilisation afin de sensibiliser la population à la signification et à l'histoire de ces noms.

Il déplore, par ailleurs, le fait que la Ville envisage de nommer une des circonscriptions Papastew au lieu de Papaschase. Selon lui, le nom proposé est celui d'un leader autochtone qui a changé son nom au cours de sa vie pour se faire appeler Papaschase.

Nous lui rendons hommage en utilisant ce nom [Papaschase].

Calvin Bruneau, chef de la Première Nation de Papaschase

Le public pourra se prononcer sur les changements dans le cadre d’une pétition de 60 jours prévue par la loi avant le retour du règlement au conseil municipal le 7 décembre pour les votes en deuxième et en troisième lecture.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !