•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Discours du Trône : Ottawa misera sur une filière du transport électrique

Une voiture électrique est rechargée.

Le gouvernement Trudeau s'engagera à développer une filière du transport électrique lors du discours du Trône.

Photo : Radio-Canada

Le transport électrique sera un élément clé de la stratégie de « relance verte » qui sera détaillée dans le discours du Trône mercredi à Ottawa, a appris Radio-Canada.

Extraction de minerai, fabrication de batteries et de voitures électriques au Canada : c’est une chaîne industrielle entière que veut contribuer à mettre en place le gouvernement Trudeau.

Le potentiel est énorme. On parle de dizaines de milliers d’emplois dans les prochaines années , déclare Navdeep Bains, le ministre de l’Innovation en entrevue à Radio-Canada.

Son gouvernement veut mobiliser les secteurs minier et manufacturier et encourager les investissements. Nous pourrions être un leader mondial de la production de batteries si nous mettions à profit nos ressources naturelles comme le lithium, le cobalt, le nickel ou l'aluminium qui en sont des composants essentiels, illustre le ministre.

Nous voulons nous assurer que les batteries sont produites au Canada et que nous les utiliserons dans nos trains, nos autobus, nos navires ou nos avions, expose-t-il.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Photo du ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique Navdeep Bains.

La relance de l’économie post-pandémie sera-t-elle verte?

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Le gouvernement Trudeau veut aussi encourager la production de voitures électriques au Canada, alors que le secteur automobile traverse une période difficile.

D’ailleurs, Radio-Canada a pu confirmer qu’Ottawa, de concert avec Queen’s Park, est prêt à investir jusqu’à 500 millions de dollars pour que les installations de Ford à Oakville, en Ontario, soient converties pour la production de voitures électriques, une information d’abord rapportée par le Toronto Star.

L’incertitude plane sur l’avenir de l’usine et des négociations se poursuivent.

Je veux que la production de batteries se fasse chez nous, déclarait le premier ministre ontarien Doug Ford lundi.

Nous voulons créer des occasions pour notre main-d’œuvre qualifiée, ajoute Navdeep Bains.

Un homme regarde sous le capot d'une voiture sur une chaîne de montage.

L'usine d'assemblage de voitures Ford à Oakville, en Ontario

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

La stratégie gouvernementale pourrait-elle comprendre des incitatifs encore plus généreux à l’achat de véhicules électriques? Je peux vous dire que les incitatifs ont eu une influence sur le comportement des consommateurs, s’est contenté de dire le ministre.

M. Bains a aussi évoqué des investissements pour rendre plus vert le secteur agricole et pour développer Internet à haute vitesse. Par contre, la possibilité que ces priorités soient citées dans le discours du Trône n'est pas claire.

Quelles sont les attentes?

Cette approche ciblant le transport électrique est bien accueillie par Caroline Brouillette du Réseau action climat Canada. C’est un des secteurs, d’un point de vue de politique industrielle, où le Canada est bien positionné pour être compétitif au niveau international, puis qui va nous permettre de réduire nos émissions, explique-t-elle. Mme Brouillette rappelle que le secteur du transport représente 30 % des émissions au Canada.

Toutefois, elle croit que pour atteindre des cibles climatiques ambitieuses, le Canada doit avoir un plan beaucoup plus vaste et s’attaquer à plusieurs secteurs. On peut penser au secteur du bâtiment. Faire des rénovations propres, c’est très porteur pour l'économie et pour l’emploi, illustre-t-elle.

Le Réseau action climat Canada a des attentes très élevées par rapport à la stratégie de relance verte du gouvernement. Le groupe réclame que les cibles climatiques du Canada soient bonifiées, pour atteindre une baisse des émissions de gaz à effet de serre de 60 % sous les niveaux de 2005 d’ici 2030. L’objectif actuel est de 30 %.

Le groupe demande aussi que le Canada se dote d’une loi sur la responsabilité climatique pour le contraindre à respecter ses objectifs.

Le Bloc québécois accueille favorablement l’idée d’une filière électrique au Canada, d’autant que cela coïncide avec les priorités du gouvernement québécois.

Toutefois, les bloquistes veulent que les paroles soient accompagnées de gestes concrets. C’est juste des mots. L’emballage vert du gouvernement Trudeau, ça ne trompe plus personne, a déclaré la députée bloquiste Monique Pauzé.

Elle accuse le gouvernement d’avoir rompu ses engagements en matière de climat dans le passé, citant l’exemple de l’achat du pipeline Trans Mountain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !