•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les lieux de culte ne sont pas des bars, dénoncent les leaders religieux du Québec

En zone orange, les rassemblements dans les lieux de culte sont limités à 25 ou 50 personnes.

Les allées de cette église sont désormais à sens unique.

Les lieux de culte ont mis en place des mesures pour éviter la propagation de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Les leaders religieux du Québec demandent au gouvernement Legault de revoir ses critères concernant les rassemblements dans les lieux de culte. Contrairement aux salles de spectacle, aux théâtres et aux cinémas, ils ne peuvent accueillir qu'un maximum de 25 ou 50 personnes.

Dans la foulée de l'annonce sur les nouvelles mesures qui s'appliquent en zone orange, le gouvernement Legault a également donné une nouvelle directive concernant les lieux de culte qui ne pourront plus accueillir jusqu'à 250 personnes partout au Québec, comme c'était le cas depuis le 3 août dernier. Le maximum est désormais fixé à 50 fidèles, même dans les zones vertes, et 25 personnes dans les régions en zone orange.

La nouvelle directive sur les lieux de culte concerne toutes les régions du Québec, et non pas seulement les régions en zone orange, tel que mentionné dans une version précédente de ce texte.

Les salles de spectacle, de cinéma et de théâtre échappent cependant à cette nouvelle réglementation.

On nous a mis passablement dans la catégorie des bars et des lieux qui vendaient de l’alcool, alors qu’on ne vend rien de ça, déplore l'archevêque de Québec Gérald Cyprien Lacroix, aussi porte-parole de la Table interreligieuse de concertation.

Ce n’est pas juste, ce n’est pas acceptable d’être diminué à 25 et 50 personnes, laissez-nous continuer.

Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec et porte-parole de la Table interreligieuse de concertation

Les leaders religieux de la province demandent donc au gouvernement Legault de classifier différemment les lieux de culte afin de leur permettre d'accueillir 250 personnes, plutôt que 25 ou 50.

On ressemble davantage aux salles de spectacle, aux théâtres et aux cinémas, parce que les gens rentrent dans nos lieux de culte, se désinfectent les mains et vont à leur place, il n'y a à peu près pas de déplacement, ajoute Gérald Cyprien Lacroix.

Le cardinal Gérald Cyprien Lacroix.

Le cardinal Gérald Cyprien Lacroix

Photo : Radio-Canada / Alice Chiche

Aucun échange

Les leaders religieux dénoncent également le fait de ne pas avoir été consultés ni informés par le gouvernement.

Très étonnant aussi le fait que nous avons appris cela en même temps que tout le monde, aucune consultation, aucun échange, ça fait un peu curieux, souligne le porte-parole.

Gérald Cyprien Lacroix croit que les autorités gouvernementales auraient pu discuter avec les responsables des établissements religieux. De nombreuses mesures ont déjà été mises en place pour éviter la propagation de la COVID-19.

La santé des fidèles nous préoccupe [...] et à ce qu’on sache, à date, aucun lieu de culte n’a eu d’éclosion alors qu’il y en a eu dans bien d'autres endroits, rappelle-t-il.

Mariages et funérailles

L'archevêque de Québec affirme que de nombreuses familles qui ont des funérailles ou des mariages prévus ont contacté des églises. Il croit que ces rassemblements ont été jugés comme étant problématiques, alors qu'ils ne le sont pas dans les lieux de culte.

S'il y a des problèmes, c’est après, dans les réceptions, dans les maisons [...] mais à l’église tout se passe sans aucune difficulté, indique le cardinal.

Les leaders religieux espèrent pouvoir communiquer directement avec le gouvernement afin d'avoir un dialogue ouvert.

C’est impossible de survivre, déjà nos communautés chrétiennes [...] et notre situation financière sont excessivement précaires, nous sommes extrêmement inquiets, fait-il savoir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !