•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Seaspan fait un dernier plaidoyer pour le contrat du brise-glace Diefenbaker

Mise à l'eau du deuxième navire scientifique.

Le chantier de North Vancouver cherche à obtenir le contrat qui lui a accordé en 2011.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Radio-Canada

Si Ottawa octroie le contrat de construction du nouveau brise-glace polaire de la Garde côtière canadienne à la compagnie Seaspan Marine, de North Vancouver, celle-ci embauchera Genoa Design International, basé à Terre-Neuve-et-Labrador, pour effectuer une partie des travaux, assure son président Mark Lamarre.

La proposition s’inscrit dans un dernier effort pour obtenir l’important contrat du NGCC John G. Diefenbaker, estimé à plus de 1 milliard de dollars, dont la construction nécessitera une main-d'oeuvre de 400 employés.

En juin, une alliance collaborative entre Seaspan Marine et l'Ontarienne Heddle Shipyards a été annoncée pour démontrer au gouvernement fédéral que l'octroi du contrat au chantier de North Vancouver profitera à différentes régions du pays.

Au Québec, le chantier rival Davie croit néanmoins en ses chances d'être celui qui sera choisi par Ottawa.

 Une cale sèche du chantier Davie

Le chantier naval Davie est le plus important compétiteur de Seaspan Marine.

Photo : Radio-Canada / Marc Godbout

Dans les plans depuis 2008

La construction du Diefenbaker, annoncée pour la première fois par le gouvernement conservateur de Stephen Harper en 2008, a été attribuée à Seaspan Marine en octobre 2011.

Il figurait parmi sept navires octroyés au chantier naval de North Vancouver dans le cadre d’une stratégie de construction navale totalisant plusieurs milliards de dollars.

Le Diefenbaker était sans aucun doute le joyau de la couronne du paquet. Initialement budgétisé à 721 millions de dollars, le brise-glace devait être livré avant 2017 en remplacement du navire amiral de la Garde côtière, le NGCC Louis S. St-Laurent.

Mais des conflits d'horaire et des problèmes techniques ont sabordé le calendrier et le budget, porté à 1,3 milliard de dollars en 2013, avant que le gouvernement ne retire le navire du carnet de commandes de Seaspan en août 2019.

Seaspan a « déjà gagné le contrat »

Je veux juste souligner à nouveau que c'est un contrat que nous estimons avoir remporté, a déclaré M. Lamarre à La Presse canadienne. C'est un contrat que nous croyons avoir gagné, insiste-t-il.

Le gouvernement n'a pas donné de détails à savoir pourquoi le Diefenbaker a été retiré de la liste de commandes de Seaspan. Il a été remplacé par 16 navires plus petits qui, selon le chantier naval de North Vancouver, avaient déjà été promis par le gouvernement précédent.

Questionné à savoir si Seaspan pourrait poursuivre le gouvernement canadien devant les tribunaux s'il n'obtient pas le contrat, M. Lamarre répond : Il est trop tôt pour cela.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !