•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accusé d’avoir tué un homme devant une mosquée, il aurait des liens avec un groupe néonazi

Quatre personnes devant un cercueil.

Bebe Zafis, la fille de la victime, pleure sur le cercueil de son père.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

CBC News

L’homme accusé du meurtre du gardien de sécurité d’une mosquée aurait utilisé les médias sociaux pour partager et publier du contenu lié à un groupe néonazi sataniste, selon une organisation spécialisée en la matière.

Guilherme William Von Neutegem, 34 ans, est accusé du meurtre au premier degré de Mohamed-Aslim Zafis. L’événement s’est déroulé le 13 septembre. M. Zafis, qui était le gardien de sécurité bénévole d’une mosquée dans le nord-ouest de Toronto, y a été retrouvé poignardé à mort.

M. Von Neutegem a été arrêté quelques jours après que la police eut publié une photo de lui provenant d’une caméra de sécurité.

Or, l’accusé semble suivre activement les activités en ligne d’un groupe haineux fondé au Royaume-Uni, selon le Canadian Anti-Hate Network (Réseau anti-haine canadien, traduction libre), une organisation à but non lucratif qui surveille et combat ce type d’association.

CBC News a pris la décision de taire le nom du groupe. Radio-Canada fait de même.

Evan Balgord, directeur exécutif du Canadian Anti-Hate Network, décrit le groupe haineux duquel l’accusé partageait les publications comme un culte de la mort néonazi satanique.

Ils sont explicitement antisémites et ils sont explicitement racistes, explique-t-il. Ils adorent Hitler, le considèrent comme un dieu.

Hope Not Hate, un groupe anglais qui se spécialise dans la recherche de telles organisations extrémistes, affirme que l’organisation liée à l’accusé encourage ses adeptes à se livrer à des violences extrêmes, des attaques aléatoires et des agressions sexuelles.

M. Balgord ne peut certifier que l’accusé est un membre en règle du groupe.

La photo d'un homme.

L'accusé, Guilherme « William » Von Neutegem.

Photo : Facebook

Cependant les publications de M. Von Neutegem sur les médias sociaux semblent démontrer qu’il le connaissait bien. CBC News a confirmé que l’accusé suit au moins un groupe Facebook consacré à ce groupe, a un symbole nazi sur son compte Instagram et a publié un chant lié au groupe en question sur YouTube.

En raison du nombre de publications qu’il a faites et de la connaissance très spécifique qu'il a du mouvement, nous pouvons certainement dire qu'il est profondément investi et qu'il le fait depuis longtemps, a ajouté M. Balgord.

La police de Toronto a déclaré qu’aucun commentaire ne serait fait au sujet de l’enquête. Les policiers n’écartent pas la possibilité qu’il s’agisse d’un crime motivé par la haine.

Nous continuons à examiner le tout et nous ne négligerons aucun effort, a déclaré Ron Taverner, de la police de Toronto, samedi.

Les policiers ont également déclaré la semaine dernière que le meurtre de M. Zafis aurait pu être commis par la même personne qui a tué Rampreet Singh quelques jours plus tôt.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !