•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grève déclenchée au Stella's de la rue Sherbrook

Des gens avec des panneaux devant un restaurant.

Plusieurs employés du restaurant Stella's de la rue Sherbrook sont en grève.

Photo : Radio-Canada / Jeff Stapleton

Radio-Canada

Les employés du restaurant Stella’s de la rue Sherbrook, à Winnipeg, se sont mis en grève lundi matin pour protester contre « le manque de respect » à leur égard.

Cette grève ne concerne pas les salaires. Elle vise à dénoncer le total manque de respect que cet employeur a envers ses employés, a déclaré, dans un communiqué, le président de la section locale 832 du Syndicat des travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce, Jeff Traeger.

Lundi matin, des membres du syndicat s'étaient postés devant l’entrée du restaurant avec des pancartes. Ils avaient été rejoints pas d’autres personnes qui étaient venues les soutenir. La grève ne touche pas la boulangerie Stella’s, située juste à côté du restaurant.

Le comité de négociation du syndicat et la direction de Stella’s étaient en discussion depuis le mois de juin pour négocier un accord, mais les négociations ont achoppé vendredi.

Le restaurant de la rue Sherbrook est le seul, avec celui de la rue Osborne, a s’être syndiqué après que des dizaines d'employés eurnt dénoncé sur les réseaux sociaux plusieurs comportements inappropriés au travail, dont du harcèlement, en 2018. Le restaurant rue Osborne a fermé ses portes en mai.

La semaine dernière, la chaîne de restaurants winnipégoise a annoncé la fermeture de son restaurant situé dans l’aéroport de Winnipeg.

Le moment choisi est regrettable

Le moment choisi pour cette action est profondément regrettable, a déclaré la direction de la chaîne de restaurants winnipégoise dans un communiqué envoyé par courrier électronique lundi matin.

À cause de la pandémie de COVID-19, nous avons fermé deux restaurants, rue Osborne et à l’aéroport, ce qui entraîne la perte de 50 emplois au sein de la famille Stella’s.

La pandémie de COVID-19 ayant créé des circonstances difficiles pour les restaurants de la ville, accepter la demande actuelle du syndicat serait désastreux, selon le communiqué.

Cela causerait un préjudice économique extrême à Stella's, car cela aurait des conséquences négatives sur tout le personnel, les clients et les fournisseurs. Pour le bien des employés et de la communauté, nous espérons que tout le monde pourra commencer à aller dans la même direction afin que notre entreprise survive à la situation difficile actuelle, poursuit-il.

La direction ajoute, par ailleurs, qu’elle ne communiquera pas davantage tant qu’il n’y aura pas de changement important en ce qui concerne la grève à son restaurant de la rue Sherbrook.

Prêt à retourner à la table des négociations

Jeff Traeger assure que le syndicat est vraiment préparé à retourner à la table des négociations tant qu’ils [la direction] ne restent pas campés sur leurs positions.

Le syndicaliste juge par ailleurs absurde la déclaration de Stella’s selon laquelle les revendications sont potentiellement désastreuses à la lumière des effets de la pandémie.

Certaines d'entre elles concernent la planification, ce qui ne leur coûte pas du tout d'argent, a-t-il déclaré. D’autres propositions sont déjà en place dans d'autres restaurants de Stella’s et elles pourraient facilement être mises en place ici et ne leur coûteront rien du tout.

Il n'y a qu'une seule proposition d'ordre financier, qui concerne les salaires, et elle est aussi minimale que possible, affirme Jeff Traeger.

Le reste des revendications concernent une meilleure gestion de leur entreprise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !