•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Saaremaa 1 finalement en route vers Matane

Le Saaremaa 1 a dû regagner le port de Trois-Rivières après un départ avorté vers Matane dimanche.

Le Saaremaa 1 a dû regagner le port de Trois-Rivières après un départ avorté vers Matane dimanche.

Photo : Radio-Canada

C'est un problème d'ordre électrique qui a forcé l'équipage du Saaremaa 1 à rebrousser chemin vers le port de Trois-Rivières hier, à peine une heure après l'avoir quitté à destination de Matane.

Le Saaremaa a finalement repris la mer lundi à 14 heures à destination de Matane. Il doit arriver dans la nuit.

Le porte-parole de la STQ, Alexandre Lavoie, explique que les ennuis survenus en mer dimanche, alors que le traversier était en route vers Matane, sont de nature électrique.

C'est l'équivalent d'un disjoncteur ou un fusible d'une boite électrique qui a été endommagé ce qui a fait en sorte qu'une génératrice ne fonctionnait plus, mais les trois autres fonctionnaient encore.

Alexandre Lavoie, porte-parole, Société des traversiers du Québec

Rappelons que le Saaremaa doit prendre le relais du F.-A.-Gauthier à la traverse Matane–Baie-Comeau–Godbout. Ce dernier doit subir des travaux dans le cadre de son arrêt technique obligatoire.

C'est le F.-A.-Gauthier qui effectuera les traversées de mardi. Plus tard dans la semaine, il quittera à son tour pour Trois-Rivières pendant au moins un mois.

Il reste à synchroniser le changement des équipages, mais il n'y aura pas d'impacts majeurs sur l'échéancier prévu cet automne pour l'arrêt technique du F.-A.-Gauthier.

Alexandre Lavoie, porte-parole, Société des traversiers du Québec

La STQ profitera de cet arrêt pour remettre en marche le système au gaz naturel liquéfié qui est hors d'usage depuis la remise en service du navire en janvier dernier.

De plus, la porte avant du navire qui a connu passablement de problèmes depuis la mise en service du navire en 2015, pourrait être réparée. On va essayer, mais il n'y a pas d'assurance qu'on va réussir, mentionne Alexandre Lavoie qui évoque des délais dans la maintenance de la flotte à cause de la pandémie.

Pour augmenter la rigidité de la porte, faudrait refaire une partie du design original, c'est de l'acier essentiellement qui est à faire.

Avec les informations de Pierre-Gabriel Turgeon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !