•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec accroît le budget de l'OQLF et crée trois bureaux régionaux

Le ministre en conférence de presse répond à une question.

Le ministre responsable de la Langue française, Simon Jolin-Barrette

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Le ministre responsable de la Langue française a annoncé, lundi, son plan pour renforcer l'action de l'Office québécois de la langue française (OQLF). Simon Jolin-Barrette injecte 5 M$ dans le budget de l'Office, y crée 50 nouveaux postes et permet l'ouverture de trois nouveaux bureaux régionaux à Longueuil, Laval et Drummondville.

Ce plan est nécessaire pour répondre aux besoins criants de l'OQLF, a expliqué M. Jolin-Barrette en conférence de presse à Montréal.

Des besoins qu'avait révélés l'Enquête sur les exigences linguistiques auprès des entreprises, des municipalités et des arrondissements de Montréal.

Rendue publique en août dernier par l'Institut de la statistique du Québec et menée pour l'OQLF, cette enquête illustrait que 40 % des entreprises du Québec avaient exigé ou souhaité que les employés qu'elles embauchaient dans la province aient des compétences en anglais.

Le gouvernement de François Legault entend redonner à la langue de la nation québécoise la place qui lui revient, affirme Simon Jolin-Barrette.

L'augmentation de 5 millions du budget de l'OQLF fait passer celui-ci de 25 à 30,8 millions de dollars annuellement.

De plus, le fait d'instaurer trois bureaux de l'OQLF à Longueuil, Laval et Drummondville permettra aux ressources déployées à Montréal de se consacrer exclusivement à la francisation de la métropole, dit le ministre responsable de la Langue française. D'ailleurs, la majorité des 50 employés supplémentaires qui s'ajouteront aux effectifs de l'OQLF seront affectés à la métropole.

Montréal et ses défis

Car Montréal comporte des défis particuliers, dit Simon Jolin-Barrette. La métropole québécoise est francophone et elle doit faire davantage pour l'affirmer, dit-il.

Le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) dit qu'en faisant passer le nombre de « ressources » de l'OQLF de 241 à 291, il procède au déploiement le plus important qu'ait connu cet organisme depuis 25 ans.

Les nouveaux postes sont notamment consacrés pour que le droit de travailler en français et le droit des consommateurs d'obtenir des produits et des services en français soient respectés.

Simon Jolin-Barrette, ministre responsable de la Langue française
Un arbre aux feuilles colorées en automne avec en fond de décor le centre-ville de Montréal.

Montréal doit affirmer davantage le fait qu'elle est une métropole francophone, dit Simon Jolin-Barrette.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Fini le « laxisme »

L'an dernier, près de 70 % des plaintes reçues par l'OQLF visaient de petites entreprises de moins de 50 employés. Au Québec, il existe environ 256 000 entreprises de cette taille et un peu plus de la moitié d'entre elles se trouvent dans la grande région de Montréal, a expliqué Simon Jolin-Barrette.

C'est la raison pour laquelle Québec crée une nouvelle équipe de travail, avec des employés supplémentaires : il faut intervenir auprès de ces entreprises qui ont aussi l'obligation d'offrir des produits et des services en français, a-t-il déclaré.

Ces plaintes sont le signe qu'il est temps d'agir, selon le ministre, qui ajoute que le temps du laxisme est terminé.

En ce qui concerne l'affichage en français, quatre inspecteurs seront ajoutés (pour un total de huit), ainsi que sept conseillers à la surveillance.

Enfin, un suivi sera fait auprès des municipalités, des établissements du réseau de la santé et de l'éducation ainsi que dans les ministères et les organismes. Le gouvernement de la CAQ mise sur l'exemplarité de l'État, dit M. Jolin-Barrette.

« On peut faire les deux »

Ces mesures n'auront pas pour conséquence d'aliéner les citoyens anglophones du Québec, assure le ministre. Elles ne sont pas dirigées contre les institutions de la communauté anglophone, précise M. Jolin-Barrette, qui est aussi ministre de la Justice et leader parlementaire.

Il s'agit plutôt de valoriser la langue française, qui est une force, une richesse, un atout, et dont il faut assurer la pérennité, dit-il.

On peut faire les deux; on peut respecter les institutions de la communauté anglophone et faire la promotion du français dans notre société, au Québec.

Simon Jolin-Barrette, ministre responsable de la Langue française

Cette annonce destinée à renforcer l'OQLF, pour qu'il fasse respecter la Charte de la langue française, n'est que la première étape du plan de Simon Jolin-Barrette.

Ce dernier promet de nouvelles annonces dans les semaines à venir au sujet d'un autre de ses projets : faire en sorte que les entreprises de juridiction fédérale soient assujetties à la Loi 101.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !