•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausse des cas de COVID-19 dans les Premières Nations du Grand Nord ontarien

Une infirmière met dans une éprouvette un échantillon prélevé sur un étudiant.

Les autorités de santé publique continuent de chercher les personnes qui ont pu être en contact avec les cas confirmés depuis une semaine.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Radio-Canada

La Sioux Lookout First Nations Health Authority (SLFNHA) a annoncé que 7 personnes ont été déclarées positives à la COVID-19 dans des Premières Nations qu’elle dessert depuis une semaine, dont 6 dans la Première Nation de Kasabonika Lake.

Les cinq premiers cas rapportés la semaine dernière à Kasabonika Lake, à 570 km au nord de Thunder Bay, étaient tous dans la même bulle familiale. Le sixième cas, rapporté samedi, a été trouvé par la recherche de contacts, qui se poursuit.

L’autre personne déclarée positive pendant la fin de semaine par la SLFNHA est un enfant qui réside à Pikangikum, au nord de Kenora.

Le chef de cette Première Nation, Dean Owen, précise que l'enfant est en isolement et se porte bien.

Merci à tous ceux qui ont coopéré avec les équipes de recherche des contacts, a-t-il déclaré. Votre courage et votre patience alors que nous faisons tout ce qui est nécessaire pour assurer la sécurité de notre communauté et de ses habitants sont très appréciés.

Le médecin hygiéniste de SLFNHA, John Guilfoyle, a déclaré que les cas récents sont la preuve d’une activité virale dans les communautés touchées, mais il a ajouté que la récente augmentation du nombre de cas n’est pas une surprise.

Il est important qu’à ce stade nous poursuivions les mesures de santé publique, affirme-t-il.

À ces cas s’ajoutent des cas actifs dans les Premières Nations de Moose Cree et de Sandy Lake.

Ces deux communautés, et d'autres, ont mis en place des mesures de confinement sévères pour limiter la propagation. Les écoles demeurent notamment fermées à Sandy Lake.

Par ailleurs, le Bureau de santé Porcupine a rapporté un cas lundi matin dans le secteur de la baie James et de la baie d’Hudson.

La Weeneebayko Area Health Authority (WAHA), qui dessert plusieurs communautés autochtone dans ce secteur, a confirmé qu'il s'agit du troisième cas de COVID-19 dans la Première Nation Moose Cree.

Le grand chef de Nation Nishnawbe Aski, Alvin Fiddler, a commenté dimanche soir la situation, qui concerne quatre communautés membres de cette organisation.

Alvin Fiddler à son bureau.

Le grand chef de la Nation Nishnawbe Aski, Alvin Fiddler.

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

Nous savons que cette malheureuse nouvelle a provoqué beaucoup d’anxiété dans nos communautés, écrit-il sur Facebook.

Nous avons travaillé ensemble sans relâche pour que le virus ne pénètre pas dans nos communautés, mais ce travail s’est accompagné de discussions et de plans visant à s’assurer que si c’était le cas, nous serions prêts.

Alvin Fiddler, grand chef de la Nation Nishnawbe Aski

Nous nous en sortirons ensemble, conclut-il.

Certains cas non rapportés un bureau de santé régional

Même si la Première Nation de Kasabonika Lake se trouve dans les limites géographiques de son territoire, le Bureau de santé du district de Thunder Bay (BSDTB) n'ajoute pas certains des cas à son bilan officiel.

Nous avons été avisés au niveau provincial que ces cas ne sont pas considérés comme des cas du BSDTB, indique Lance Dyll, porte-parole du bureau de santé, au sujet des cinq cas rapportés dans la Première Nation de Kasabonika Lake les 15 et 17 septembre.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Lundi matin, le BSDTB a ajouté à son bilan un cas à Kasabonika Lake rapporté par la SLFNHA pendant la fin de semaine, sans préciser pourquoi celui-ci est compté, contrairement aux cinq autres.

Une demande d'explications a été envoyée au ministère ontarien de la Santé à ce propos.

Du côté du Bureau de santé du Nord-Ouest, un porte-parole a confirmé que les cas dans les Premières Nations de son territoire, notamment Sandy Lake et Pikangikum, sont inclus dans son bilan.

Ailleurs dans le Nord

Dans le Nord-Est, le Bureau de santé Algoma a annoncé lundi matin une éclosion de COVID-19 au centre de soins de longue durée F.J. Davey après la confirmation d’un cas.

Un cas s’est également ajouté dans la région de Parry Sound, pour un total de deux cas actifs pour le Bureau de santé du district de North Bay-Parry Sound.

Au total, selon les données les plus récentes, il y a 24 cas actifs connus de COVID-19 dans le Nord de l’Ontario.

Sept d’entre eux sont dans le secteur desservi par le Bureau de santé Porcupine, en comptant le cas ajouté lundi avant-midi.

La région de Sudbury compte cinq cas actifs. Le plus récent a été confirmé dimanche.

Dans le Nord-Ouest, en incluant les cas dans les Premières Nations éloignées, il y a 9 cas actifs.

Cela inclut un premier cas dans une école du Nord de l'Ontario alors qu'un élève du Golden Learning Centre, à Balmertown, près de Red Lake, a reçu un résultat de test positif le 18 septembre.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !