•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Courrier contaminé envoyé à Trump : la suspecte identifiée

Photo prise rue Vauquelin à Saint-Hubert à Montréal, Québec, Canada.

Opération policière majeure sur la rue Vauquelin à Saint-Hubert.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Une vaste opération policière s'est déroulée lundi dans l'arrondissement de Saint-Hubert, à Longueuil, en banlieue de Montréal, en lien avec le courrier contaminé envoyé à la Maison-Blanche.

Les policiers fédéraux effectuaient une perquisition dans un condominium du boulevard Vauquelin, dans le cadre de l'enquête de la police fédérale américaine sur la femme soupçonnée d'avoir envoy une lettre empoisonnée à la ricine au président Donald Trump.

Photo de police de Pascale Ferrier.

Pascale Ferrier

Photo : Bureau du shérif du comté d'Hidalgo au Texas

Pascale Ferrier, 53 ans, a été arrêtée dimanche alors qu'elle tentait de franchir la frontière canadienne pour entrer aux États-Unis.

Notre équipe d'intervention en cas d'incident chimique, biologique, radiologique, nucléaire et explosif (CBRNE) mène l’opération, a précisé la GRC.

Les policiers et les pompiers de Longueuil étaient également sur place.

C’est une demande d’assistance du FBI en lien avec les lettres qui auraient été envoyées aux États-Unis, dont une qui a été envoyée à la Maison-Blanche. Il est question d’une substance extrêmement toxique.

Caporal Charles Poirier, Gendarmerie royale du Canada
 Des hommes vêtus d'habits de protection parlent avec des policiers en tenue militaire.

L'équipe d'intervention en cas d'incident chimique, biologique, radiologique, nucléaire et explosif de la GRC est à Saint-Hubert.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

C’est pour ça qu’on prend toutes ces mesures pour protéger la population et nos policiers qui font la perquisition, a expliqué le caporal Poirier.

Selon les informations obtenues jusqu'à maintenant, la lettre aurait été postée à Saint-Hubert avant d'être acheminée dans un centre de tri de l'arrondissement de Saint-Laurent, à Montréal, avant de prendre la direction de la Maison-Blanche, à Washington.

L'immeuble visé par la perquisition a été évacué pour assurer la sécurité des résidents.

Accusée aux États-Unis

Pascale Ferrier devrait être accusée en vertu de lois fédérales américaines. Une première audience doit avoir lieu mardi.

La femme a été interceptée près du Peace Bridge, non loin de la ville de Buffalo, dans l'État de New York.

NBC News et CNN affirment que Ferrier aurait eu une arme à feu en sa possession au moment des faits. Cela n'a pas été confirmé par les autorités américaines.

Des policiers se tiennent derrière un camion.

Les policiers effectuent une perquisition dans un condominium du boulevard Vauquelin à Saint-Hubert.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Ferrier aurait déjà eu des démêlés avec la justice au Texas, selon des informations préliminaires. Elle aurait été emprisonnée dans cet État américain pour des crimes impliquant des armes à feu, selon Pierre-Yves Bourduas, ex-sous-commissaire adjoint à la GRC.

Un centre correctionnel et le bureau de shérif du comté d'Hidalgo, au Texas, ont reçu également des lettres empoisonnées à la ricine, la semaine dernière, en plus de la Maison-Blanche.

La ricine est le poison le plus violent du règne végétal, 600 fois plus puissant que le cyanure. Il s'agit d'une substance mortelle en cas d'ingestion, d'inhalation ou d'injection, et contre laquelle il n'existe pas d'antidote.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.