•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'accès à Internet plus difficile en milieu rural en Alberta

Un fermier utilise un iPad.

En campagne électorale, les politiciens devraient-ils promettre un accès universel à Internet?

Photo : getty images/istockphoto / Zoran Zeremski

Radio-Canada

Des parents albertains qui se sont rendu compte de l'importance d'un bon service Internet en région rurale en raison de la pandémie souhaitent que le gouvernement en fasse plus pour développer le réseau en milieu rural.

Lisa Rosales habite à Calahoo, un petit village au nord-ouest d'Edmonton.

Elle vit sans Internet depuis des années sans que cela ne lui ait jamais posé de problème.

Ses enfants faisaient leurs recherches à l'école, et son mari et elle avaient Internet au travail.

La pandémie a tout changé. Avec l’école à la maison, Internet est devenu un outil essentiel, et Lisa Rosales s’est renseignée auprès de différents fournisseurs.

Telus nous a refusé le service, disant que sa tour desservait déjà le nombre maximum de clients. Bell n’a pas de tour dans le secteur, explique Mme Rosales.

Elle a poursuivi ses démarches auprès de Rogers, qui offre un service de clé USB permettant de se connecter à Internet, mais le signal cellulaire n’était pas suffisant dans son secteur pour lui permettre de profiter de ce service.

La seule option possible était Internet par signal satellite, une option trop chère pour la famille.

Lisa Rosales s’est finalement rendue à l’évidence. Elle a imprimé les devoirs et les leçons de ses enfants et, tous les deux jours, elle faisait une demi-heure de route jusqu’à Saint-Albert pour aller envoyer les photos des devoirs terminés aux enseignants.

Internet n’est pas un privilège, en 2020, c’est un droit. Avec la pandémie, cela a été un problème pour l'instruction de nos enfants, mais c’est aussi devenu un problème de santé parce que cela a forcé les enfants de notre secteur à retourner à l’école en personne dans des classes pleines, affirme Lisa Rosales.

Dans une déclaration écrite, le gouvernement répond qu'il s'attend à ce que les conseils scolaires gèrent les difficultés avec les parents pour trouver des solutions convenables.

Une réponse ridicule, selon Peter Dawson.

L'homme de Bragg Creek doit faire quelques kilomètres en voiture de chez lui pour avoir accès à Internet, sa résidence n’ayant pas accès à une connexion.

Il doit faire appel à une entreprise qui offre un signal satellite et qui est établie à Saint-Jean, à Terre-Neuve-et-Labrador, pour obtenir un signal.

Pendant une journée, Internet peut arrêter de fonctionner six ou sept fois. Je travaille dans l'Arctique et j'y fais des recherches. Il y a certaines communautés là-bas où le signal est meilleur que chez moi, dit-il.

Avec les informations de Danielle Nerman

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !