•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des préposés privés de travail au début de la 2e vague au Québec

Des préposés aux bénéficiaires recrutés au printemps perdent des journées de travail avec l'arrivée de la première cohorte de nouveaux formés. Le ministre ne comprend pas, car les besoins sont immenses.

Une préposée promène un bénéficiaire en fauteuil roulant.

La moitié du personnel engagé par la plateforme « Je contribue » est encore en poste.

Photo : Evan Tsuyoshi Mitsui

Marie-Josée est atterrée. Elle qui travaillait à temps plein depuis ce printemps, dans un CHSLD du nord de Montréal, vient d'apprendre que son horaire passe à trois ou quatre jours par semaine. Et elle n'a aucune garantie de travail pour le mois prochain.

Pendant la crise, on a travaillé, on était là, et maintenant ils veulent se débarrasser de nous, dit la préposée aux bénéficiaires qui a demandé à ce qu'on ne dévoile pas son identité par peur de représailles.

Plusieurs travailleurs comme elle ont contacté Radio-Canada et d'autres médias pour faire part de la même situation. Tous avaient l'espoir d'obtenir un emploi permanent alors que les besoins de personnel dans le réseau de la santé sont immenses.

Ils disent qu’ils vont nous appeler en cas de besoin. On se sent utilisés.

Marie-Josée, préposée aux bénéficiaires dans un CHSLD du nord de Montréal.

Marie-Josée travaillait auparavant pour une agence de placement qui la déplaçait de CHSLD en CHSLD. Elle avait vu dans la plateforme « Je contribue » l'espoir d'une stabilité. Un espoir qui s'échappe maintenant. Elle envisage de retourner travailler pour une agence.

Interpellé par cette situation, le ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé, compte faire le point avec ses équipes.

Je ne comprends pas. S'il y a du monde qui est retourné chez eux parce qu'on a trop de personnel, il y a quelqu'un qui n'a pas compris ce qui se passe en ce moment dans notre réseau.

Christian Dubé, ministre de la Santé du Québec, en entrevue au 98,5FM

Le syndicat CSN qui représente les préposés ne comprend pas non plus. Selon nous, toutes les forces et les bras qu'on peut avoir devraient servir, dit Alexandre Paquet, le président local.

Au début d'une 2e vague, on n'est pas en mesure de se passer d'aide.

Alexandre Paquet, président du Syndicat des travailleuses et travailleurs du CIUSSS du Nord-de-l’île-de-Montréal

En juin dernier, le CIUSSS a recruté 297 préposés aux bénéficiaires via la plateforme « Je contribue ». L'établissement s'apprête maintenant à accueillir 250 nouveaux boursiers en CHSLD formés dans le cadre du programme d'étude accéléré.

Il va de soi que si notre personnel régulier comble davantage de quarts de travail, le nombre de quarts disponibles pour les ressources "Je contribue" aura tendance à diminuer.

Séléna Champagne, porte-parole du CIUSSS

Le CIUSSS explique toutefois être en discussions pour augmenter de manière significative le nombre de préposés à temps complet en CHSLD.

Cette démarche vise bien entendu à stabiliser nos ressources à l'interne et à favoriser la rétention de celles-ci, explique la porte-parole Séléna Champagne.

Elle ajoute : Pour ce personnel obtenu via "Je contribue", nous sommes d'abord très fiers et reconnaissants de tout le travail accompli depuis le début de la pandémie. Notre objectif actuel vise à conserver un maximum de ces ressources au sein de nos effectifs réguliers, en tenant compte cependant de nos exigences de poste.

54 % des personnes engagées via « Je contribue » durant la première vague sont toujours à l’emploi d’un établissement, soit plus de 11 000 personnes.

Il n’est pas prévu qu’il y ait des coupures de postes en CHSLD. Les besoins sont grands.

Marie-Claude Lacasse, porte-parole du ministère de la Santé

Du côté du ministère de la Santé, on précise que la majorité des personnes embauchées par le biais de « Je contribue » ne sont pas des préposés aux bénéficiaires, mais des aides de service, des préposés à l’entretien ménager ou des agents administratifs.

Québec rappelle également qu'une formation accélérée pour devenir préposé en CHSLD débutera sous peu et que des candidats sont recherchés.

Avec la collaboration de Romain Schué

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !