•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lettre empoisonnée : une femme arrêtée à la frontière canado-américaine

Les voies fermées au poste-frontière de Douglas-Peace Arch, à Surrey.

L'arrestation aurait eu lieu à la frontière canado-américaine, présentement fermée aux voyageurs non essentiels en raison de la pandémie.

Photo : CBC/Ben Nelms

Radio-Canada

Les autorités américaines ont arrêté une femme suspectée d'avoir envoyé une lettre empoisonnée à la ricine à la Maison-Blanche, à l'attention du président Donald Trump, alors qu'elle tentait de franchir la frontière canadienne pour entrer aux États-Unis.

La suspecte devrait être accusée en vertu de lois fédérales américaines. Une première audience est prévue lundi.

Elle a été interceptée près du pont Peace Bridge, non loin de la ville de Buffalo dans l'État de New York.

Selon NBC News et CNN, la femme aurait eu une arme à feu en sa possession au moment des faits. Cela n'a pas été confirmé par les autorités américaines.

Au dire de sources anonymes, citées par le New York Times et CNN, deux tests menés sur le produit retrouvé dans le courrier suspect ont établi qu'il s'agissait de ricine.

La ricine est le poison le plus violent du règne végétal, 6000 fois plus puissant que le cyanure. Il s'agit d'une substance mortelle en cas d'ingestion, d'inhalation ou d'injection, et contre laquelle il n'existe pas d'antidote.

Le Canada a indiqué, samedi, que ses services travaillaient en collaboration avec les autorités américaines pour faire la lumière sur cette affaire.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Gros plan sur une main tenant une poignée de graines de ricin, à partir desquelles le poison du même nom est fabriqué.

Une enveloppe empoisonnée adressée à Donald Trump expédiée du Canada

Photo : AFP/Getty Images / JENS KALAENE

Avec les informations de Associated Press, et CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !