•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Québec veut autoriser les terrasses hivernales

Un serveur penché au-dessus d'une table dans un dôme transparent

La Ville de Québec propose d'autoriser l'implantation de dômes hivernaux sur les terrasses de son territoire cet automne et cet automne.

Photo : Courtoisie Restaurant Ophélia/Gay Voyageur

Après s’être tricotée un été, la Ville de Québec veut maintenant se confectionner un hiver. Radio-Canada a appris que l'administration Labeaume entend autoriser l’installation de dômes transparents sur les cafés-terrasses pour animer les rues et donner un coup de pouce aux restaurateurs malgré le temps froid.

La Ville de Québec reçoit régulièrement des demandes pour ce type d’aménagement, lit-on dans le sommaire décisionnel qui sera étudié lundi au conseil de ville et dont Radio-Canada a obtenu copie. Puisqu’il s’agit de demandes récurrentes, et considérant le faible impact sur le milieu, stipule le document, la proposition suggère d’autorisation les bulles hivernales.

Si adoptées, les modifications au Règlement d'harmonisation sur l'urbanisme autoriseraient les dômes du 1er octobre au 30 avril.

Si la proposition obtient l'assentiment du conseil, la capitale emboîterait le pas à d’autres villes de la province. Avant les fusions municipales, Beauport et Sillery permettaient d'ailleurs l'implantation de bulles semblables.

Une réponse exceptionnelle

Le restaurant Ophélia a installé une telle terrasse sur la Grande-Allée l’hiver dernier.

Dômes fermés transparents vue d'en haut avec des tables dressés à l'intérieur

Les trois dômes installés l'hiver dernier sur la terrasse du restaurant Ophélia a permis d'accueillir 24 clients supplémentaires chaque soir dans cet établissement de la Grande-Allée.

Photo : Courtoisie Restaurant Ophélia/Gay Voyageur

Il a cependant dû déposer une demande et essuyer un premier refus en 2018. Ses dômes, trop imposants, cachaient trop la façade, se rappelle le propriétaire du restaurant Fabio Monti. La Ville n’autorisait pas l’implantation d'une structure fermée sur les aires de terrasse.

On s’entend que l’hiver, si tu veux que les gens viennent manger, il faut que ce soit fermé, sinon c’est trop froid.

Fabio Monti, propriétaire du restaurant Ophélia

L’an dernier, il a déposé une nouvelle demande et obtenu l’autorisation d’installer ses dômes.

Le concept lui a permis d’ajouter trois tables de quatre personnes à l’extérieur de son établissement: en comptant deux services par soir, il a accueilli 24 clients supplémentaires, quotidiennement, grâce à sa terrasse hivernale.

Tout le monde espère que ça puisse revenir, explique Fabio Monti. Non seulement c’est bon pour les affaires, ça donne aussi de l’emploi à une personne de plus.

La réponse de la clientèle s’est révélée exceptionnelle, ajoute le restaurateur.

C’était toujours plein à craquer. Encore cette année des gens appellent parfois même de l’étranger, pour réserver une table sous un dôme.

Fabio Monti, propriétaire du restaurant Ophélia

À son avis, Québec, qui se targue d’être une ville hivernale, devrait entériner les changements proposés.

Ce serait une excellente idée, croit Fabio Monti. Ce serait unique au monde et ça deviendrait une marque de commerce pour Québec.

Un avis de motion sera présenté demain au conseil. L'adoption des modifications au règlement doit être soumise aux votes le 5 octobre.

Avec les informations d'Olivier Lemieux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !