•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La grande région de Québec passe au niveau orange

Château Frontenac.

Dimanche, la région de la Capitale-Nationale a battu un triste record : 92 nouveaux cas de COVID-19 s’ajoutent à son bilan, un sommet depuis le début de la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Félix Morrissette-Beaulieu

L'ensemble de la région de Chaudière-Appalaches, de même que l'agglomération de Québec, dont Saint-Augustin-de-Desmaures, L'Ancienne-Lorette, Wendake, la MRC de l'Île d'Orléans, de la Jacques-Cartier, et de la Côte-de-Beaupré sont maintenant en alerte modérée.

Le gouvernement Legault en a fait l'annonce à Montréal.

Les MRC de Charlevoix, de Charlevoix-Est et de Portneuf demeurent en jaune.

En zone orange, les rassemblements intérieurs passent de 10 à 6 personnes.

Le nombre maximal de personnes à une table au restaurant sera de six. Le nombre maximum de personnes dans les événements publics intérieurs passe de 250 à 25. Pour les salles de spectacles et les cinémas, le nombre maximal de 250 personnes est maintenu. Le port du masque demeure obligatoire dans les déplacements.

Pour les personnes qui vivent dans les zones orange, j'ai un message très clair. Je vous demande de faire un effort particulier dans les prochaines semaines.

Christian Dubé, ministre de la Santé

Les bars fermeront à minuit, plutôt qu'à une heure du matin. La vente d'alcool sera interdite après 23 h, autant dans les bars que dans les restaurants.

Les rassemblements dans les résidences privées vont passer de 10 à 6. Deux familles seulement seront autorisées.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, en compagnie du directeur national de la santé publique, le Dr Horacio Arruda.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, en compagnie du directeur national de la santé publique, le Dr Horacio Arruda.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

On vous demande de réduire vos contacts au minimum. Évitez de vous visiter les uns les autres. Je vous demande d'éviter au maximum les visites non nécessaires, les soupers de famille, entre amis, et les partys, ajoute le ministre.

Évitez de vous déplacer d'une zone orange à une zone jaune si ce n'est pas strictement nécessaire.

Si les efforts ne sont pas faits, et que vous êtes dans l'orange, la prochaine étape, c'est le rouge.

Dimanche, la région de la Capitale-Nationale a battu un triste record : 92 nouveaux cas de COVID-19 s’ajoutent à son bilan, un sommet depuis le début de la pandémie.

Nous sommes devant une propagation préoccupante de la COVID-19 dans notre région, a expliqué le DrJacques Girard, directeur intérimaire de santé publique au CIUSSS.

Nous sommes toujours en contrôle des éclosions en milieux fermés. Par contre, tous les indicateurs sont clairs à l’effet que la transmission communautaire s’est intensifiée au cours de la dernière semaine.

Sport étudiant permis

Le sport étudiant est toujours permis dans les zones orange.

Le gouvernement jonglait avec l'idée d'interdire les sports à l'école, advenant le passage d'une région classée jaune vers un état d'alerte modérée.

Après réflexion, le gouvernement a considéré que les bienfaits du sport étaient supérieurs au danger de propagation de la COVID-19.

Frustration

La diminution des heures d'ouverture dans les bars est contre-productive, selon Renaud Poulin, le PDG de la Corporation des bars, brasseries et tavernes du Québec.

On ne fait pas partie du problème! Dans le passé, on faisait partie du problème, mais maintenant ce sont les gens qui se retrouvent dans des regroupements à l’intérieur de maisons privées. Si on ferme à 10 h, ça va inciter encore plus les gens à sortir dans les maisons. Ils ne viendront peut-être même pas dans nos commerces.

Renaud Poulin, PDG de la Corporation des bars, brasseries et tavernes du Québec

Dans les rues de Québec, certains citoyens semblent consternés à l’idée de devoir revivre une forme plus stricte de confinement.

En général, on a pris plein de précautions, affirme une dame rencontrée dimanche matin. Je n’arrive pas à comprendre qu’on en soit rendus à ce point-là.

Un jeune couple, de son côté, acceptait de se plier aux restrictions, si elles devaient être imposées.

On va suivre les directives du gouvernement et on va faire attention, assure-t-il. On vit avec le virus depuis cinq mois… on s’adapte.

Un commerçant du Vieux-Québec, quant à lui, craignait les effets psychologiques d’un nouveau confinement, même partiel.

Ça va créer un enfermement, je dirais, intérieur, dit l’octogénaire, évoquant la maison dont les murs se rapprochent imaginée par Boris Vian dans son chef-d’œuvre L’écume des jours.

On dirait que ça nous prend à l’intérieur. Cette forme d’inquiétude, ça nous mine, conclut-il.

Deux cas au bar Le Sacrilège

Après avoir fermé par mesure préventive mardi, le Bar Le Sacrilège, sur la rue Saint-Jean, est aux prises avec deux cas de COVID-19 chez ses employés.

Ces derniers ont travaillé le vendredi 11 septembre entre 20 h et minuit, le samedi 12 septembre entre midi et 18 h 30, et le dimanche 13 septembre, entre 20 h et minuit, peut-on lire sur la page Facebook de l'établissement.

Les risques de propagation du virus à notre clientèle ou aux autres employés sont très faibles en raison de toutes les mesures strictes mises en place dans notre établissement, ajoute la direction.

Aucun de ces employés ne présentait de symptômes au moment où ils travaillaient.

L'établissement demeurera fermé jusqu'à ce que tous ses employés soient testés.

Avec les informations de Marie-Maude Pontbriand, Alexane Drolet et Sébastien Bovet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !