•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Suspension du décret empêchant l'utilisation de WeChat aux États-Unis

Logo de l'application WeChat.

Une juge fédérale américaine a bloqué dimanche le décret par lequel le département du Commerce interdisait l'utilisation de WeChat aux États-Unis.

Photo : Radio-Canada / Mugoli Samba

Radio-Canada

Une juge fédérale américaine a bloqué dimanche le décret par lequel le département du Commerce interdisait à Apple et Alphabet, maison mère de Google, de permettre le téléchargement de l'application chinoise WeChat, de la société chinoise Tencent Holdings.

Ce décret devait entrer en vigueur dès dimanche soir.

La juge Laurel Beeler, qui exerce en Californie, estime dans son arrêté que les utilisateurs de WeChat ayant porté plainte contre ce décret ont soulevé des questions légitimes sur le bien-fondé du recours au premier amendement [de la Constitution des États-Unis]. Le premier amendement garantit notamment la liberté d’expression.

La juge affirme également que même si les preuves générales concernant la menace pour la sécurité nationale liées à la Chine (concernant la technologie et la technologie mobile) sont considérables, les preuves spécifiques concernant WeChat sont modestes.

Elle ajoute que le règlement qui élimine un canal de communication sans substituts apparents hypothèque la liberté d’expression plus que cela n’est nécessaire à l’intérêt gouvernemental.

Vendredi, le Département de la Justice avait demandé aux magistrats américains de ne pas bloquer le décret, affirmant que cela empêcherait la détermination du président de répondre au mieux aux menaces à la sécurité nationale.

Cette décision de la juge Beeler est rendue le lendemain de celle du président Donald Trump de surseoir à l'interdiction d'une autre application chinoise, TikTok, pour permettre la poursuite de discussions en vue d'un accord commercial avec les sociétés américaines Oracle et Walmart.

Invoquant la nécessité de protéger les utilisateurs de TikTok et de WeChat aux États-Unis contre un éventuel espionnage chinois, le département du Commerce avait annoncé vendredi que les deux applications très populaires ne seraient plus autorisées à compter de dimanche.

We Chat est utilisée par quelque 19 millions de personnes sur le sol américain, pour la messagerie, les achats, les paiements et d'autres services.

Avec les informations de Reuters, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !