•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un gel plus précoce qu'à l'habitude à Québec

Une feuille d'érable givrée par le temps froid.

Une feuille d'érable givrée par le temps froid.

Photo : Radio-Canada / David Horemans

Radio-Canada

Les canicules à répétition ont marqué le début de l’été, mais c’est plutôt le temps frais qui laisse son empreinte sur les derniers jours de la saison. Le gel est plus précoce qu’à l’habitude dans la Capitale-Nationale et plus fréquent en Chaudière-Appalaches cette année.

En moyenne, un épisode de gel survient en septembre dans la région de Québec. Le mercure passe sous zéro, en règle générale, entre le 28 septembre et le 5 octobre.

Cette année, nous avons déjà deux nuits avec des températures négatives, souligne Jean-Philippe Bégin, météorologue chez Environnement Canada.

Le portrait est semblable à Saint-Georges, en Beauce.  En moyenne, la terre gèle à trois reprises en septembre. 

Il y a eu quatre nuits avec du gel jusqu’à maintenant, précise M. Bégin. Nous sommes tout à fait dans la normale, donc, d’autant plus que le gel survient généralement entre le 13 et le 19 septembre.

Un responsable : le courant-jet

Comment un été si chaud peut-il se conclure de manière plus fraîche? Il faut voyager jusqu’en Colombie-Britannique pour obtenir l’explication, explique Jean-Philippe Bégin.

Il y a une corrélation avec le courant-jet, qui plongeait du nord au début de l’été sur la côte ouest, amenant du temps froid, souligne le météorologue. 

Pendant ce temps, ce même courant montait dans l’est du continent, amenant des températures chaudes.

Depuis le 15 août, toutefois. le courant-jet redescend plus fréquemment sur nos régions, soufflant sur l'est du continent l'air frais du nord.

Présentement, la situation est inversée : la chaleur est à l’ouest tandis que le froid, lui, est à l’est.

Jean-Philippe Bégin, météorologue chez Environnement Canada

La durée du jour écourtée rafraîchit également l’exposition au soleil de la Capitale-Nationale et en Chaudière-Appalaches.

C’est 3 minutes et demi en durée de jour qu’on perd chaque jour en s’approchant de l’équinoxe. C’est notable : on perd plus 21 minutes par semaine. Au bout d’un mois, c’est près d’une heure et demi qu’on perd en durée du jour.

Jean-Philippe Bégin, météorologue chez Environnement Canada

Le mercure devrait toutefois remonter dès la semaine prochaine, allant même au-delà de la normale à certains endroits. 

Ce temps plus chaud se fera annonciateur d’un mois d’octobre qui devrait être chaud, selon les prévisions d’Environnement Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !