•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : une première école primaire d'Ottawa forcée de fermer ses portes

La porte d'entrée principale d'une école.

L'école primaire Monsignor Paul Baxter dans le quartier Barrhaven à Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Patrick Louiseize

Radio-Canada

Une première école d'Ottawa doit fermer ses portes en raison d'une éclosion de COVID-19.

Selon Santé publique Ottawa (SPO), deux élèves et deux membres du personnel de l'école primaire Monsignor Paul Baxter, dans le secteur de Barrhaven, ont été déclarés positifs à la COVID-19.

L’école sera fermée, puisque que Santé publique Ottawa a déterminé qu'il y avait suffisamment de preuves de transmission du virus dans l'école qui n'est pas localisée à une classe, a précisé SPO dans un courriel adressé à Radio-Canada.

Le Conseil scolaire catholique anglophone d'Ottawa dit collaborer avec SPO, qui a déjà amorcé les démarches pour retracer les contacts proches des personnes atteintes.

SPO a acheminé une lettre aux parents pour les avertir de la situation.

La durée de la fermeture de l'école n'a pas été établie, mais les parents/tuteurs et le personnel doivent être préparés à une fermeture de deux semaines ou plus.

Extrait d'un courriel de Santé publique Ottawa

Dans le but d’assurer la protection des renseignements personnels, Santé publique Ottawa ne peut divulguer aucun renseignement supplémentaire sur les personnes infectées par la COVID-19, peut-on aussi lire dans le courriel.

Dans un communiqué envoyé dimanche soir, le directeur de l'établissement, Mark Kennedy, a indiqué avoir demandé à SPO de mettre en place une unité mobile pour tester le personnel, les élèves et les membres de la famille des élèves. Cette unité mobile sera dans l’établissement le lundi 21 septembre et le mardi 22 septembre, a-t-il précisé. Les tests par écouvillonnage nasal seront faits sur la base du premier arrivé, premier servi.

L’enseignement des élèves se poursuivra en ligne.

Par courriel, le bureau du maire d'Ottawa, Jim Watson, a jugé malheureuse cette éclosion. La priorité du maire Watson est la santé et la sécurité de tous les résidents d’Ottawa, et il est en faveur de prendre les précautions nécessaires pour empêcher la propagation du virus, mentionne le courriel.

Une fermeture pour limiter la contagion

Pour sa part, Patrick Fillion, microbiologiste et enseignant au Cégep de l'Outaouais, estime que la fermeture de l'école permet d'endiguer la propagation de la COVID-19.

Si on parle de plusieurs centaines d’enfants qui fréquentent dans l’école, plusieurs employés aussi, ça pourrait se propager rapidement dans la population. Ce qu’on veut, en isolant le plus rapidement possible les quatre personnes infectées, c’est d’éviter qu’il y ait une propagation à travers toute cette population-là, a-t-il expliqué.

Mercredi, une éclosion a forcé la fermeture d’une première école en Ontario, l'école secondaire Fellowes de Pembroke, qui a interrompu ses cours en classe lorsqu’un troisième membre du personnel a été déclaré positif à la COVID-19.

La vice-présidente de l’organisme Parents partenaires en éducation, Catherine Dumouchel, s’attendait à voir une école fermer avec la hausse constante du nombre de cas confirmés à Ottawa depuis quelques jours. Elle comprend que certains parents peuvent y voir une source d'inquiétude.

Lorsque l'on voit des écoles qui ferment, c’est inquiétant, parce qu’on se demande si notre enfant est à risque. C’est aussi l'inquiétude par rapport au fait que, si une école ferme, c’est une toute nouvelle organisation familiale qu'il faut enclencher.

Catherine Dumouchel, vice-présidente de Parents partenaires en éducation

S'ils reviennent à la maison, c’est une autre routine, affirme Mme Dumouchel. Les enseignants vont être là pour assurer une routine, mais ça reste que ce sont les parents qui sont avec les enfants à la maison.

Avec les informations d'Estelle Côté-Sroka

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !