•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'eau froide n'effraie pas des nageurs au Yukon

Sophia Marnik et quatre de ses collègues sont debout dans l'eau d'un lac du Yukon.

Sophia Marnik, devant, avec ses collègues qui nagent dans les lacs froids du Yukon.

Photo : Fournie par Sophia Marnik

Radio-Canada

Pour de nombreux Canadiens, nager dans un lac est un rituel estival qui n’a rien d’extraordinaire. Au Yukon, par contre, où les lacs sont froids, voire très froids, des nageurs se lancent quand même dans l’eau.

Parmi eux figure Sophia Marnick qui a eu l’idée en 2018 de convaincre des gens de découvrir avec elle sa passion de la natation dans la nature et de se joindre à son groupe nommé Wild Swimmers.

Ça diffère des piscines, dit-elle. Nager dans la nature, c’est un peu un moyen de s’arrêter et de se faire la conversation au milieu du lac ou pendant qu'on le traverse. Il s’agit d’une communauté de gens. Et je peux parler longtemps une fois dans l’eau. C'est merveilleux.

Les nageurs portent des combinaisons de plongée pour éviter l’hypothermie. Ils tirent également chacun une bouée de natation pour être vus de loin et une petite embarcation les suit de temps à autre lorsqu’ils se trouvent éloignés des berges.

Depuis le 12 mai, lorsqu’ils se sont lancés dans le lac Kookatsoon, les Wild swimmers ont nagé dans 12 différents plans d’eau du Yukon et entendaient se rendre à lac Long ce week-end.

D’après Sophia Marnick, un nombre grandissant de personnes s’est joint au groupe cette année, probablement parce que la pandémie a forcé la fermeture de la piscine intérieure de Whitehorse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !