•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Forte demande pour les enseignants suppléants à Calgary

Un groupe de jeunes élèves et leur institutrice portent un masque de protection dans une classe d’école.

Un groupe de jeunes élèves et leur institutrice portent un masque de protection dans une classe d’école.

Photo : iStock

Radio-Canada

La demande pour des enseignants suppléants a augmenté de 20 % par rapport à l'an dernier, constate la Commission scolaire publique de Calgary.

La Commission scolaire avait prévu le coup en bonifiant sa liste d’enseignants suppléants de 30 %. 

Nous avons près de 1800 enseignants suppléants à notre disposition, et nous croyons que ce nombre suffira, soutient le directeur général de la commission scolaire, Christopher Usih, dans un courriel.

En réponse à la pandémiede COVID-19, la Commission scolaire de Calgary permet cette année aux enseignants suppléants de choisir de limiter le nombre d’écoles et des groupes d’apprentissages pour lesquels ils sont prêts à travailler.

Auparavent, il était attendu que chaque suppléant se rende disponible pour travailler dans quatre régions de la ville et trois jours par semaine, en moyenne, dit Christopher Usih. La commission scolaire reconnaît [aujourd’hui] le besoin de limiter le risque de propagation de la COVID-19.

La possibilité de restreindre le nombre d’écoles et de secteurs où elle pourrait être appelée à travailler plaît à Sonia Tyonchuk, une enseignante suppléante qui a été appelée au travail chaque jour depuis la rentrée, le 8 septembre.

C’est fantastique, dit-elle, même si pourrait vouloir dire que ces suppléants auront moins de travail que par le passé.

Pour faciliter l’intégration des enseignants suppléants dans les différentes écoles de Calgary, la Commission scolaire a également préparé un document à leur intention, contenant les mesures et protocoles pour limiter la propagation du coronavirus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !