•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Baisse abrupte de l’achalandage dans les parcs du Nouveau-Brunswick

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
La plage Murray au Nouveau-Brunswick le 14 avril 2019.

Le parc provincial de la plage Murray, à Petit-Shemogue au Nouveau-Brunswick (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Hughes

Radio-Canada

La saison estivale qui se termine aura été difficile pour les entreprises du secteur touristique au Nouveau-Brunswick.

La baisse de l'achalandage dans les parcs provinciaux est marquée.

Selon des chiffres du ministère du Tourisme du Nouveau-Brunswick, depuis mai jusqu’à la mi-septembre, le nombre de visiteurs a diminué de 28 % à la plage Murray, de 38 % à la plage Parlee, de 60 % au parc de la République et de 62 % au mont Sugarloaf, comparativement à 2019.

Seul le parc du Mont-Carleton a connu une modeste hausse (9 %) de l'achalandage, par rapport à l'année précédente.

Graphique qui montre la diminution ou l'augmentation, en pourcentages, du nombre de visiteurs.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Comparaison de l'achalandage des parcs provinciaux du Nouveau-Brunswick de l'été 2019 à l'été 2020.

Photo : Radio-Canada

Selon le gestionnaire du parc provincial de la plage Parlee, Michel Mallet, la fermeture des frontières provinciales décrétées par le gouvernement du Nouveau-Brunswick, et la fermeture de la frontière canado-américaine sont en cause.

C'est beaucoup plus occupé en soirée, puis beaucoup occupé les fins de semaine, mais tranquille en semaine parce qu'on n'avait pas les gens en vacances de l'extérieur de la province, relate-t-il.

En termes de visiteurs qui payent à l'entrée, oui, on a eu une diminution - on ne se le cachera pas - due aux visiteurs manquants, dit M. Mallet.

Michel Mallet dans des bureaux devant une enseigne du parc provincial de la plage Parlee.

Michel Mallet, gestionnaire du parc provincial de la plage Parlee, en septembre 2020.

Photo : Radio-Canada

D'après Greg Dion, le directeur du parc Sugarloaf, dans le nord de la province, l'ouverture de la bulle atlantique a légèrement atténué la tendance.

Après qu'ils ont ouvert la bulle atlantique, une couple de semaines après ça, le monde a commencé à voyager. On a eu plus de monde dans le terrain de camping les fins de semaine, le parc à vélos a commencé à rouler, dit M. Dion.

Greg Dion assis à l'extérieur répond aux questions. Il y a un micro de journaliste devant lui.

Greg Dion, gestionnaire du parc provincial Sugarloaf au Nouveau-Brunswick, en septembre 2020.

Photo : Radio-Canada

Pour ce qui du nombre de nuits où les résidents ou visiteurs ont logé au Nouveau-Brunswick, ailleurs que dans leur propre résidence, cela a baissé de plus de 50 % par rapport à l'an dernier.

En campagne électorale, le premier ministre Blaine Higgs s’est engagé à prolonger jusqu’en mars 2021 le programme de rabais touristique destinée à stimuler le tourisme par les résidents du Nouveau-Brunswick.

Ceux-ci peuvent se faire rembourser 20 % de leurs dépenses de vacances, pour un maximum de 200 $, s’ils ont passé au moins une nuitée dans un hébergement touristique.

D’après le reportage de Margaud Castadère

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !