•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les députés libéraux se disent prêts à défendre le Restigouche

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Des monuments qui représentent un pêcheur et un poisson, avec le pont en arrière.

Les contrôles frontaliers imposés par le gouvernement du Nouveau-Brunswick n'ont pas aidé l'économie du Restigouche, selon les deux députés libéraux de la région.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Radio-Canada

Les électeurs du Restigouche ont réélu des députés libéraux à l’élection provinciale qui s’est déroulée au Nouveau-Brunswick le 14 septembre. Une fois de plus, ces élus se retrouveront au sein de l’opposition officielle, où ils anticipent de devoir se battre pour faire valoir les priorités d'une région aux prises avec de nombreux défis.

Dans Restigouche-Ouest, Gilles LePage a obtenu un troisième mandat. Avec 62 % des voix, il a laissé loin derrière le candidat du Parti vert (21 %) et celui du Parti progressiste-conservateur (15 %).

Guy Arseneault a été pour la seconde fois le choix des électeurs de Campbellton-Dalhousie. Avec 65 % des voix, le libéral n'a pas été menacé par son adversaire progressiste-conservateur, en deuxième place avec 19 % des votes.

Gilles LePage, député de Restigouche-Ouest, le 19 septembre 2020.

Gilles LePage, député de Restigouche-Ouest, le 19 septembre 2020.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Les deux hommes politiques préparent leur prochaine visite à Fredericton, où ils se retrouveront cette fois dans une opposition libérale réduite à 17 députés, face à un gouvernement maintenant majoritaire.

Gilles LePage croit qu’il est possible pour le Restigouche d’obtenir ce dont la région a besoin. J'ai bon augure qu'on va être capables de défendre [nos priorités] si on est unifiés au Restigouche, dit-il.

Ce qui est prioritaire, tant pour M. LePage que pour M. Arseneault, c’est l’accès aux soins de santé dans les hôpitaux et les cliniques de la région.

Tous deux souhaitent arrêter l'hémorragie qui touche le territoire, mais particulièrement l'Hôpital régional de Campbellton.

8f3d1c93d0b44f2b8e3ef24883e1322e

L'Hôpital régional de Campbellton (archives).

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Guy Arseneault parle d’une crise et du besoin d’avoir un recruteur à plein temps dédié ici à [...] cet hôpital et la région 5.

Il faut absolument garder les services qu'on a là et bâtir là-dessus, observe Gilles LePage. On verra s'il y a nécessité d'avoir d'autres services additionnels. Moi, je crois que oui, mais à ce moment-là, il s'agira de le prouver.

La relance de l’économie, mise à mal par la pandémie, préoccupe aussi les deux élus.

Le député de Restigouche-Ouest évoque les restrictions imposées par le gouvernement Higgs à la frontière du Nouveau-Brunswick et du Québec.

La fermeture du pont ne nous aide vraiment pas du côté économique. Faudra travailler ce côté-là avec le gouvernement pour savoir s'il y a des alternatives ou une vision pour aider nos PME, dit Gilles LePage.

Guy Arseneault, député de Campbellton-Dalhousie, le 19 septembre 2020.

Guy Arseneault, député de Campbellton-Dalhousie, le 19 septembre 2020.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Comment les députés libéraux envisagent-ils le retour à l’Assemblée législative ? Ça va tout dépendre de l'ouverture d'esprit du premier ministre et de ses ministres, déclare Gilles LePage.

Guy Arseneault ne compte pas oublier les commentaires du premier ministre Blaine Higgs, le soir de sa victoire. Il a dit qu’il était ouvert à aider toutes les régions, qu’il était le premier ministre de toutes les régions. On va le garder à ses mots. On va voir si les actions vont suivre ses mots, affirme le député de Campbellton-Dalhousie.

M. Arseneault a d’ailleurs des suggestions pour Blaine Higgs :  il devrait recommencer le fonds du Nord. Il devrait garder le Centre d'excellence ici. Ça, ce sont des choses qu'il pourrait faire pour démontrer son ouverture à aider notre région.

D’après le reportage de Serge Bouchard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !