•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Vancouver va atteindre son objectif de 150 000 arbres plantés en 10 ans

Trois arbres aux couleurs changeantes en bordure de la mer

C'est parce que le nombre d'arbres baissait que la Ville avait adopté ce programme de plantations.

Photo : Radio-Canada / Tina Lovegreen

Radio-Canada

En 2010, la Ville de Vancouver s’était engagée à planter 150 000 arbres pour améliorer sa forêt urbaine. 10 ans plus tard, elle annonce qu’il ne lui reste plus que 5000 arbres à planter pour atteindre son objectif. 

Membre de la Commission des parcs de Vancouver de 2008 à 2014, Aaron Jasper se souvient avoir été interpellé, à l’époque, par une étude qui montrait la baisse du nombre d'arbres dans la ville et, par là même, la perte de leurs effets bénéfiques.

Non seulement les arbres sont beaux, mais ils sont vraiment essentiels pour la santé de nos communautés. Cela ne faisait donc aucun doute que nous avions besoin d'améliorer notre forêt urbaine, raconte-t-il. 

Chaque année, durant six mois, les employés municipaux ont donc planté des milliers d’arbres dans les espaces publics. La Commission des parcs a également commencé à proposer des arbres à 10 $ pour les habitants qui voulaient en planter sur leurs propriétés. Cette vente a d’ailleurs encore lieu cette année. 

Un employé municipal porte de jeunes arbres en pot.

Il reste encore à la Ville 5000 arbres à planter pour atteindre son objectif.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Joe McLeod, arboriculteur pour la Ville et superviseur de la foresterie urbaine, ajoute que, pour endiguer la perte d'arbres, les règlements municipaux ont aussi été modifiés, rendant plus difficile pour les propriétaires de supprimer des arbres adultes. Enfin, des partenariats ont été passés avec les promoteurs pour remplacer les arbres abattus lors de projets urbains.

La Ville devrait vraiment être fière.

Joe McLeod, arboriculteur pour la Ville de Vancouver

Avec ces 150 000 arbres, la Municipalité voulait que son indice de canopé, c’est-à-dire le pourcentage de son territoire recouvert par la ramure des arbres, passe de 18 à 22 %.

Il est difficile de savoir si cet objectif-là, lui, sera atteint. Tout d'abord, parce que cela peut prendre jusqu'à 20 ans après la plantation d’un arbre pour que ce dernier fasse une différence, précise les spécialistes de la Ville.

Il faut aussi prendre en compte les pertes. Chaque année, ce sont plus de 1000 arbres dans les rues ou dans les parcs qui meurent ou doivent être enlevés à cause de leur âge, d'une maladie ou tout autre problème.

L'arbre et les branches sur un terrain.

Pour faire un bilan, il faudrait connaître le nombre d'arbres qui ont été abattus au cours des dix dernières années.

Photo : Radio-Canada / Harman

Je crois que le plus gros défi auquel nous faisons face c’est l’entretien de tous ces arbres afin de nous assurer qu'ils survivent et s'épanouissent, constate Joe McLeod.

La Ville entend désormais cibler des quartiers où il y a moins d’arbres ou où il est plus difficile d’en planter comme Downtown Eastside ou False Creek Flats.

Stephen Sheppard, professeur au sein du département de foresterie de l'Université de la Colombie-Britannique, pense que c’est une bonne idée. C’est une question d’équité verte, résume-t-il.

Une personne marche dans une rue où il y a quelques arbres.

La Ville veut maintenant cibler les quartiers où il y a moins d'arbres ou les lieux où il est plus difficile d'en planter.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Ses étudiants ont parcouru des quartiers comme Sunset ou Tenfrw-Collingwwod et constaté que certains habitants étaient réticents à l'idée de planter des arbres. Ce que nous avons découvert c’est que, dans certains cas, les gens ont peur des arbres, affirme-t-il. Il explique que des personnes ne comprennent pas les bénéfices que peuvent apporter des arbres. D’autres ont peur qu’ils deviennent trop grands ou que leurs branches tombent par exemple.

D’après le professeur, il faudrait donc mettre sur pied de nouveaux programmes pour encourager les résidents à planter des arbres et leur expliquer comment faire.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !