•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des chercheurs découvrent des insectes non documentés près de Prince George, en C.-B.

Gros plan sur une petite guêpe.

Cette guêpe parasitoïde sans nom, qui fait environ 1 mm, est l'un des quelques centaines d'échantillons d'insectes recueillis par des chercheurs de l'Université du nord de la Colombie-Britannique.

Photo : Gracieuseté de Lisa Poirier

Radio-Canada

Des chercheurs pensent avoir découvert des insectes qui n’ont jamais été documentés auparavant près de Prince George, en Colombie-Britannique.

L’équipe de chercheurs à l’origine de ces trouvailles a collecté plus de 200 insectes différents dans la région du plateau central de l'intérieur de la province, dont une guêpe parasitoïde sans nom d'environ 1 mm de long.

Bien que d'autres experts devront examiner les échantillons avant de tirer des conclusions définitives, beaucoup de ces insectes pourraient avoir été inconnus de la science jusqu’ici.

C’est du moins ce que pense l’entomologiste Lisa Poirier, qui est professeure agrégée à l'Université du nord de la Colombie-Britannique et fait partie de l’équipe derrière ces découvertes.

Il n'y a jamais un moment ennuyeux, il y a toujours quelque chose de nouveau quand on étudie les insectes, s’exclame la professeure Poirier.

Comprendre les effets des changements climatiques

Selon la chercheuse, la région du plateau central de l'intérieur de la Colombie-Britannique a longtemps été négligée en matière d’études de biodiversité.

Le manque de connaissances sur le sujet peut compliquer l’étude de l’effet des changements climatiques sur un écosystème. Le fait de ne pas savoir quels insectes vivent dans une région, par exemple, rend difficile pour les scientifiques de savoir si un insecte qui n’a jamais été vu auparavant a toujours été là ou si sa présence est due au changement climatique.

À moins d’avoir des données de base sur ce qui se trouve ici maintenant, nous ne pouvons pas dire ce qui a changé, explique la professeure Poirier.

La prochaine étape pour les chercheurs consiste à trier les échantillons et à comparer ceux trouvés dans la forêt à ceux trouvés dans les zones industrielles ou résidentielles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !