•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Zone orange : des aînés craignent un retour à la solitude

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Une vieille personne de dos marche dans un couloir avec une marchette.

Une personne âgée dans une résidence

Photo : Getty Images

Félix Morrissette-Beaulieu

Le basculement d'une région en zone orange et l'augmentation des restrictions dans les résidences privées font craindre un retour à la solitude pour plusieurs aînés.

Des régions comme la Capitale-Nationale pourraient basculer au niveau orange d'alerte modérée au courant des prochains jours, ce qui pourrait se traduire par une restriction de visite dans certaines résidences.

J'appréhende. Ça me fait peur un peur, estime Jean-Louis Vocelle, qui demeure à la résidence Jazz, à Sainte-Foy.

Au printemps, j'ai fait venir un médecin, je faisais un peu d'anxiété, je me sentais pris au piège. Je ne suis pas un gars de maison, j'aime ça parler à du monde.

M. Vocelle dit comprendre la gravité de la situation, mais craint un reconfinement advenant un passage à la zone orange.

La question de la solitude vécue par plusieurs aînés au printemps dernier devra être prise en compte dans les mesures du gouvernement, estime Judith Gagnon, présidente de la Table de concertation des personnes aînées de la Capitale-Nationale.

Il va falloir se servir de ce qui s'est passé pendant la première vague. Il y a eu des restrictions fondamentales. Certaines résidences, les gens ne pouvaient pas sortir de leur résidence.

Il faudrait s'assurer qu'il y ait une sécurité, mais que les gens puissent être capables de se voir. On a vu des aînés qui à la fin de la pandémie avait beaucoup détérioré au niveau cognitif. Il faut de la sécurité, mais il faut adapter cette sécurité aux personnes en résidence, croit Mme Gagnon.

Dans le flou

Le Regroupement québécois des résidences pour aînés attend toujours des consignes claires advenant un passage d'une région en zone orange pour que les propriétaires puissent se préparer.

J'espère qu'on va avoir ça au courant de la semaine prochaine, indique le PDG du regroupement, Yves Desjardins.

Comment se comporter actuellement dans une zone orange ? Personne ne le sait

Yves Desjardins, PDG, Regroupement québécois des résidences pour aînés

Le PDG s'attend à une augmentation des restrictions, notamment ce qui a trait aux visites, mais certains détails demeurent en suspens.

Yves Desjardins en entrevue à RDI Matin

Yves Desjardins, pdg du Regroupement québécois des résidences pour aînés

Photo : Radio-Canada

On le sait. Plus on va avancer vers des zones d'éclosion, plus les libertés vont être restreintes. Il est possible que dans la zone orange ou rouge, on interdise les visites. Mais tous ces détails-là, on les attend encore.

Ces détails étaient attendus pour le 15 septembre, selon M. Desjardins.

Se préparer tant que possible

Des résidences se disent prêtes à une augmentation des cas de COVID-19 entre leur mur.

Bien qu'on n'a pas eu de directives directes du gouvernement, on voulait commencer à penser à un plan et être prêt lorsque ça arrive, si ça arrive, explique Mylène Dupéré, porte-parole du Groupe Sélection.

L'ajout de deux consignes, soit le registre obligatoire des personnes en contact avec les résidents et le port du masque obligatoire, devrait aider à la limiter la propagation, selon elle.

On a quand même des indications de ce que le gouvernement a annoncé. En zone orange, il y aurait fermeture des spas et des gyms. Il y aurait fermeture aussi, probablement, des salles à manger dans les restaurants.

Nous, on regarde ces indicateurs-là, on s'est fait des plans en fonction de ça, conclut la porte-parole.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !