•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pandémie a grugé au moins 4 M$ à la Société des traversiers

Un traversier qui part de Québec vers Lévis sur le fleuve, à l'aube.

Les traverses tarifées représentent la principale source de revenus autonomes de la STQ.

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

La Société des traversiers du Québec (STQ) constate une perte financière de 4 millions $, seulement pour le premier trimestre de l'année en cours.

La principale cause de ce manque à gagner, creusé de mars à juin, est la baisse historique d'achalandage des trois principales traverses tarifées de la STQ.

Au plus fort du confinement, des dizaines de milliers de passagers et de voitures en moins ont monté à bord des navires de la société d'État, notamment à la traverse Québec–Lévis. En avril, les baisses d'achalandage oscillaient entre 75 et 95 %.

Pour le premier trimestre, la perte estimée de revenus s’est établie à 3,7 millions $, dont 3,3 millions $ directement liés à l’achalandage, confirme Bruno Verreault, conseiller en communication à la STQ.

Les revenus de tarification représentent la principale source de revenus autonome de la société d'État, dont la majorité du budget d'exploitation provient de la participation gouvernementale. Bon an mal an, environ 20 millions $entrent dans les coffres de la STQ par les traverses tarifées, soit environ 10 % du budget annuel.

Les pertes de 3,3 millions $ représentent à eux seuls environ 16,5 % des revenus anticipés cette année.

Revenus de tarifications en 2019

Québec–Lévis : 5 204 967 $

Sorel-Tracy–Saint-Ignace-de-Loyola : 5 952 326 $

Matane–Baie-Comeau–Godbout : 9 749 010 $

Source : Rapport annuel 2019-2020 de la STQ

En plus d'être privée de revenus, la STQ a aussi dépensé davantage.

La pandémie a généré des dépenses directes importantes, par exemple l’achat de produits désinfectants, la présence de gardiens sur les navires et l'achat de différents équipements, explique Bruno Verreault. Ces dépenses s’élèvent à 1,7 millions $ au premier trimestre.

La STQ a par ailleurs minimisé ses pertes en réalisant, dit-elle, certaines économies opérationnelles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !