•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ancien premier ministre canadien John Turner est mort

John Turner est ému et lève la main en guise de salut.

L'ancien premier ministre John Turner a participé au congrès des jeunes libéraux à Toronto le 13 novembre 2003.

Photo : La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD

Radio-Canada

John Turner, qui a consacré des décennies de sa vie à la politique fédérale, en tant que ministre, chef du Parti libéral, puis premier ministre du Canada, s'est éteint à l'âge de 91 ans.

À la démission de Pierre Elliott Trudeau, M. Turner a accédé au poste de premier ministre, le 30 juin 1984, après avoir été élu à la tête du Parti libéral du Canada.

Il a dû quitter son poste 11 semaines plus tard, à la suite d’une défaite aux élections face au Parti progressiste-conservateur de Brian Mulroney. Son mandat à titre de premier ministre a été l'un des plus courts de l’histoire canadienne.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

John Turner, ancien premier ministre du Canada, n'est plus

C'était quelqu'un de très diplomate, de très sympathique, a raconté en entrevue à RDI l'ancien sénateur Serge Joyal. Selon lui, la défaite de M. Turner était surtout due à une volonté de changement de la part de la population après un long règne libéral.

Il a été un bagarreur, mais aussi un homme d’une grande élégance.

Serge Joyal, ancien sénateur

Brian Mulroney se souvient bien de cette campagne, et surtout de la série de débats qui ont été un tournant, selon lui. On partait avec 14 points de retard, et rapidement, après les débats, on avait largement rattrapé notre retard, se remémore M. Mulroney.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

L'un des éléments décisifs de la campagne fut la question des quelque 200 nominations partisanes, décrétées par Pierre Elliot Trudeau peu avant sa démission, et que M. Turner a entérinées.

À la fin du débat en anglais, j'étais épuisé. C'est lui qui a abordé le sujet, je ne m'y attendais pas du tout, mais ça m'a donné l'occasion de faire un knock-out, explique M. Mulroney.

John Turner est né en 1929 en Grande-Bretagne d'un père britannique et d'une mère canadienne. Au décès de son mari, en 1932, cette dernière est repartie vivre au Canada, à Ottawa, puis en Colombie-Britannique.

John Turner entouré de micros.

John Turner a occupé le poste de ministre fédéral des Finances dans le gouvernement de Pierre Trudeau. On le voit ici parler aux journalistes le 19 janvier 1973.

Photo : La Presse canadienne / PETER BREGG

Durant sa carrière politique, qui a débuté en 1962, John Turner a occupé différents postes ministériels. Il a notamment été ministre de la Justice en 1970 et a imposé la Loi sur les mesures de guerre après l'enlèvement du ministre Pierre Laporte par le Front de libération du Québec.

Durant cette période, des centaines de personnes ont été arrêtées et emprisonnées sans qu'aucune accusation ne soit portée contre elles.

Chef contesté

En tant que chef de l'opposition, après la défaite aux élections de 1984, il a tenté de reconstruire son parti et s'est opposé farouchement à l'accord de libre-échange que le gouvernement conservateur voulait conclure avec les États-Unis.

À la suite d'une nouvelle défaite électorale en 1988, de nouveau contre Brian Mulroney, il a été poussé vers la sortie en 1990 par le clan de Jean Chrétien. Il est alors retourné à la pratique du droit.

John Turner et Brian Mulroney lors d'un débat durant la campagne électorale de 1988.

John Turner et Brian Mulroney lors d'un débat durant la campagne électorale de 1988.

Photo : The Canadian Press / FRED CHARTRAND

Sprinteur reconnu, il aurait pu participer aux Jeux olympiques de 1948, n’eût été une blessure au pied causée par un accident de voiture.

Des rumeurs lui ont aussi longtemps prêté une romance avec la princesse Margaret, rencontrée en 1958, sans que cet aspect de sa vie privée puisse être éclairci, le Kennedy canadien ayant toujours gardé un certain flou sur cet aspect de sa vie.

Un amour incomparable pour le Canada

Plusieurs personnalités n’ont pas tardé à rendre hommage à M. Turner samedi.

M. Turner était un homme humble et il possédait une grande conscience sociale. Il a appuyé de nombreux organismes de bienfaisance, dont l’hôpital Mount Sinai à Toronto. Il a également agi à titre de directeur honoraire du Fonds mondial pour la nature au Canada et était un ardent défenseur des lacs et rivières du pays, a souligné dans un communiqué de presse le premier ministre Justin Trudeau.

John Turner et Pierre Trudeau sont côte à côte.

John Turner (gauche) en compagnie de Pierre Trudeau devant la résidence du premier ministre du Canada sise au 24 Sussex, à Ottawa, le 17 juin 1984.

Photo : La Presse canadienne / ANDY CLARK

C'est avec tristesse que nous soulignons le décès du très honorable John Turner, qui a dévoué sa vie au service du pays, a écrit de son côté Julie Payette, gouverneure générale du Canada.

Le chef conservateur Erin O'Toole a, de son côté, souligné ses nombreuses réalisations.

Champion de course, avocat, parlementaire, mais, point le plus important, père et patriote, sa contribution au Canada est profonde et son héritage est certain.

Erin O'Toole

L'ancien premier ministre du Canada Stephen Harper, de même que les premiers ministres provinciaux François Legault, Doug Ford et Scott Moe ont tous souligné son long engagement politique.

L'amour de John Turner pour le Canada était incomparable. Bon vent, mon ami, a de son côté tweeté l’ancien ministre libéral Ralph Goodale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !